Madagascar : abolition de la peine de mort

Alors que le procès des meurtriers présumés du couple Johanna Delahaye et Gérald Fontaine s’est ouvert le 4 décembre à Madagascar, le Parlement malgache a adopté ce mercredi un projet de loi portant sur l’abolition de la peine de mort.

Les Malgaches ne peuvent plus être condamnés à la peine de mort. Et pour cause, le Madagascar vient d’abolir la peine de mort. Cette pratique en vigueur dans le pays depuis plus d’un demi-siècle n’a pas été exécuté depuis 1958. Pour les associations de lutte contre la torture ainsi que pour le président de l’Assemblée nationale, ce projet de loi est une avancée pour le pays.

Vote à l’unanimité

Le projet de loi abolissant la peine de mort, à la table des négociations depuis plusieurs années, a été voté à l’unanimité. En effet, à 99 voix pour et zéro contre, la peine de mort ne sera plus pratiquée. Un vote dont se réjouit le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy, à l’origine du projet de loi : « Il y avait eu des discussions très intenses, mais ça n’a pas empêché le vote de cette loi à l’unanimité au niveau de l’Assemblée nationale. »

Pour l’association chrétienne contre la torture (ACAT), « la grande victoire, c’est de faire comprendre que nous retournons à de vraies valeurs. Nous retournons surtout au respect de la vie qui est prôné par la Déclaration universelle des droits de l’homme ».