Macron pour un «changement de paradigme profond» dans la coopération militaire avec l’Afrique

Emmanuel Macron, Président français
Le Président français, Emmanuel Macron

Dans son allocution à la veille du 14 juillet 2022, le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, prône un «changement de paradigme profond» dans la démarche des forces armées françaises en Afrique et ailleurs. Le dirigeant estime que l’adoption de dispositifs moins posés et moins exposés en Afrique relevait d’une nécessité stratégique.

Alors que l’armée française est sur le point de quitter le Mali, avec plusieurs bases françaises (Gossi, Ménéka) déjà libérées par la force Barkhane, Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de «réussir à bâtir, dans la durée, une intimité plus forte avec les armées africaines». Reconstruire une capacité à former en France et en Afrique, «tout en restant en deuxième ligne», reste une priorité pour la France, insiste le Président Macron.

Pour le dirigeant français, cette reconfiguration est d’autant plus nécessaire que la France veut préparer ses armées aux conflits de haute intensité comme celui d’Ukraine, avec l’invasion russe. Et le locataire du palais de l’Elysée se dit convaincu de la «nécessité d’un continium entre notre offre diplomatique, nos actions rénovées pour le partenariat africain, nos actions de développement en Afrique». Il est nécessaire d’opérer un «changement de paradigme profond», a insisté le chef de l’Etat français.

Cette annonce du Président français intervient alors que l’opération Barkhane, qui a pris fin au Mali, voit les soldats français se retirer de ce pays du Sahel. Un retrait définitif d’ici fin août prochain, après 9 longues années passées à combattre conjointement le terrorisme dans ce pays. Des années de coopération durant lesquelles plusieurs soldats français ont perdu la vie dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Ancienne puissance coloniale d’une partie des pays du continent, la France maintient en Afrique une forte présence militaire.

Lire : Barkhane, Général Laurent Michon : «Nous seront capables de quitter le Mali à la fin de l’été»