Macky Sall : « Le développement du Sénégal passe par la Casamance »

Le Président du Sénégal, Macky Sall, a bouclé, ce mercredi, une visite de trois jours en Casamance. Il a annoncé le lancement d’un projet de développement pour la région. La paix avec la rébellion indépendantiste du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), qui agite le pays depuis 30 ans, passe par le développement, selon le Président sénégalais.

La somme de 23 milliards de FCFA (35 millions d’euros) pour le « Pôle de développement de la Casamance » et des messages de paix en direction de la rébellion indépendantiste du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC). Voila le résultat de la visite de trois jours de Macky Sall en Casamance.

« Je propose à tous la paix des braves »

Ce voyage du chef d’Etat sénégalais en Casamance est un message d’espoir pour la région. « Je propose à tous la paix des braves, sans vainqueur ni vaincu, pour le bénéfice de tous. Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles », a déclaré le Président Macky Sall à Ziguinchor, ce lundi. Il poursuit : « alors, osons la paix. Je suis totalement engagé pour la Casamance, sa stabilité et sa prospérité dans un Sénégal uni et indivisible ».

Rarement les chefs d’Etat et les officiels sénégalais qui ont défilé dans la région sont restés aussi longtemps. Le Président sénégalais a tenu à marteler que le développement du Sénégal passait par la Casamance, région à part entière du pays. Ce message a pu rassurer une partie de la population casamançaise qui se sent, depuis de longue années, exclue du développement du reste du pays. Macky Sall a précisé sa stratégie pour cette région. Il s’agit d’augmenter le niveau de vie des Casamançais, de développer les infrastructures afin de permettre les conditions d’une paix durable.

Le « Pôle de développement de la Casamance », annoncé par le chef d’Etat du Sénégal, constituera un appui à la production agricole, notamment de riz, des mangues. Il va permettre la construction d’écoles, de routes et de ponts, ainsi que la réhabilitation des hôpitaux de Ziguinchor et de Sédhiou.

La rébellion indépendantiste très divisée

Les incertitudes sur l’avenir du processus de paix engagé avec le MFDC, sous l’égide de la communauté Sant’Egidio, une ONG basée à Rome, reste totale et pourraient néanmoins entraver le développement de la région.

Toutefois, le Président sénégalais prévoit notamment le désenclavement de zones rurales par la construction de pistes de raccordement à la RN6, principale route de la région. Les groupes rebelles de César Atoute Badiate et d’Ibrahima Compass Diatta, deux factions du MFDC, se dressent contre cette mesure, prétextant qu’elles passeraient trop près de leur base. Cette rébellion indépendantiste garde une capacité de nuisance certaine.

Le MFDC ne parle pas d’une seule voix et les stratégies sont diverses au sein de ce mouvement qui rassemble quatre maquis différents avec quatre chefs différents. « Badiate et Compass militent pour des assises inter-MFDC avant toute négociation avec Dakar », indique Robert Sagna, l’ancien maire de Ziguinchor. Il précise : « ils veulent montrer que la paix ne se fera pas sans eux », rapporte RFI. Car le pouvoir sénégalais négocie actuellement avec une autre faction du MFDC, celle de Salif Sadio, auquelle les deux groupes précédemment cités s’opposent vigoureusement.

« On en a tellement entendu. Et finalement, rien ne se fait »

Le porte-parole du MFDC à Ziguinchor, Abdou Elinkine Diatta, dénonce la complexité des négociations de paix : « il y a tellement d’intermédiaires dans ce dossier qu’on ne peut pas savoir qui fait quoi ». « Est-ce que Salif Sadio représente le mouvement ? Négocier avec une petite faction armée et penser résoudre le problème de la crise, c’est vraiment triste », clame Abdou Elinkine Diatta qui a écouté, désabusé, le discours du Président Macky Sall. « Tous les Présidents qui sont passés ont dit la même chose : « Je lance un appel, je suis pour la paix définitive, pour le développement ». On en a tellement entendu ! Et finalement, rien ne se fait, il n’y a pas d’acte qui confirme cela ».

« Je crois qu’il y a quelque part une sincérité dans ses discours, qui est nouvelle pour un Président sénégalais. C’est donc quelque chose d’important. Je suis vraiment optimiste. Une fenêtre est ouverte », déclare pour sa part le coordinateur du groupe de contact du MFDC, Louis Tendeng.

La mise en place des mesures concrètes annoncées par le Président du Sénégal semble, elle seule, capable de bâtir un terrain d’entente nécessaire à l’aboutissement des négociations de paix.