Macky Sall : «La visite d’Obama va renforcer le partenariat entre l’Afrique et les Etats-Unis »

En visite en France, Macky Sall a remis mardi à Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie, le Prix Sedar en référence au premier président Sénégalais après l’indépendance Leopold Sedar Senghor. En marge de la cérémonie, qui s’est tenue à Paris, il a accordé une interview à Afrik.com.

Le timing du président sénégalais qui doit participer à plusieurs événements ce mardi soir est serré. Il a toutefois accepter de répondre seulement à quelques questions, écourtant rapidement l’entretien. En revanche, son épouse, la Première dame du Sénégal, Mme Marième Faye Sall, vêtue d’une longue tunique en soie colorée a décliné notre demande de façon peu diplomatique, en se faisant passer pour une autre : « Non je ne suis pas la première dame, elle est là-bàs, pas ici. »

Afrik.com : Le président Barack Obama a prévu de se rendre au Sénégal à la fin du mois de juin. Qu’attendez-vous de sa visite ?

Macky Sall :
La visite du président des Etats-Unis Barack obama va nous permettre de discuter du renforcement du partenariat entre l’Afrique et les Etats-Unis. Je sais aussi que le président Obama ne manquera pas de parler de démocratie. C’est une visite importante pour donner un départ nouveau à nos relations.

Afrik.com : Avant votre élection vous aviez promis une baisse conséquente des prix des denrées alimentaires de premières nécessités. Mais pour beaucoup au Sénégal les prix sont toujours aussi élevés. Les Sénégalais peuvent-ils s’attendre aujourd’hui à une réduction significative des prix des denrées ?

Macky Sall :
J’ai tenu ma promesse. Les prix des denrées alimentaires de premières nécessités ont été réduits.

Afrik.com : Mais les prix ont été baissés seulement de 10% or les Sénégalais réclament une baisse plus conséquente comme vous l’aviez promis lors de votre campagne…

Macky Sall :
Mais 10% ce n’est pas rien ! (il est agacé). On ne peut pas affirmer que rien n’a été fait. Il n’appartient pas au gouvernement de fixer les prix ! Nous sommes, je vous le rappelle, dans un régime de liberté. Nous agissons parfois quand il y a vraiment nécessité d’alléger les familles aux revenus faibles et d’agir pour baisser les coûts de la vie. Ce sont des efforts que l’Etat fait. D’autant que les denrées sont produits ailleurs, à l’étranger. Il y a donc un certain nombre de facteurs qui influent sur les prix et l’Etat n’est pas totalement responsable de cela. Je le redis encore une fois, nous avons effectué une baisse de 10% et ce n’est pas rien. Nous avons aussi travaillé ensemble pour que cette baisse soit reportée sur le marché avec les associations des commerçants et nous avons décidé de mettre sous administration certaines matières. Nous avons honoré notre promesse et baissé les prix du riz et de l’huile. Nous devons poursuivre dans cette voie.

Afrik.com : Le maire de Dakar Khalifa Sall est depuis quelques semaines en train de mener une politique de désencombrement de la ville, la capitale sénégalaise, en interdisant notamment aux marchands ambulants de vendre n’importe où dans les rues. L’accompagnez-vous dans cette initiative ?

Macky Sall :
La question du désencombrement relève de l’autorité de la municipalité. C’est au maire et aux conseillers municipaux de l’apprécier. Khalifa Sall a engagé une politique pour améliorer le cadre de vie des citoyens. L’Etat accompagnera et appuiera cette initiative tout en ayant un esprit très fort pour l’intérêt des marchants ambulants. On va tenter de trouver des solutions pour assurer leur avenir.

Afrik.com : Votre prédécesseur Abdoulaye Wade avait pour projet de décentraliser Dakar et développer les régions. Qu’avez-vous prévu de faire concernant cette question ?

Macky Sall :
La décentralisation est en marche au Sénégal. Nous avons entamé ce chantier pour développer les régions du pays. C’est une question primordiale pour le développement du Sénégal.