Lynchage à Nosy Be : les rumeurs vont bon train sur la toile

Le lynchage de deux Français et d’un Malgache d’origine comorienne sur l’île touristique malgache, Nosy Be, n’a pas fini de marquer les esprits. Rumeurs, commentaires, et suspicions vont bon train sur les réseaux sociaux. Un collectif intitulé « Nosy Be est magnifique » a créé une page sur Facebook pour contrer les vidéos et photos abominables du drame qui circulent.

Nosy Be n’a pas fini de faire parler d’elle. Comment le lynchage de deux Français et d’un Comorien d’origine a pu se produire sur cette île paradisiaque, sans compter le meurtre atroce d’un petit garçon de huit ans? A Madagascar, sur la toile, c’est la question que beaucoup d’internautes se posent.

Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont bondés de commentaires sur cette macabre affaire qui a fait le tour du monde. Chaque internaute y va de son grain de sel. Certains, natifs de l’île, estiment que les victimes du lynchage ont mérité leur sort. Un internaute est même allé plus loin, saluant les auteurs du lynchage, indiquant : « Vous êtes notre fierté !»
En revanche d’autres se disent attristés par ce drame qui ternit l’image du pays et de l’île. D’autres encore estiment que la justice est trop lente et ne fournit pas assez de réponses à leurs questions.

Collectif sur Facebook pour contrer les vidéos du lynchage

Des photos et vidéos du lynchages ont aussi circulé sur le web. A tel point qu’un collectif intitulé « Nosy Be est magnifique » a créé une page sur Facebook pour contrer ce phénomène, jugeant ces images et vidéos « abominables ». Le collectif invite tous les internautes à bloquer la vidéo et à la mettre dans le rang des indésirables.

Des expatriés qui vivent aussi sur l’île se sont exprimés sur l’affaire. A l’instar de cet internaute qui ne mâche pas ses mots à l’égard des auteurs du drame : « On ose nous rappeler la soi-disant hospitalité malgache, alors qu’on vient juste d’organiser une chasse à l’homme que l’on a fait rôtir. Puis on s’est tranquillement assis devant ce feu de camp morbide pour regarder se consumer les chairs et respirer à plein poumons les odeurs de graisse, d’ongles, de cheveux brûlés. Qu’ils emportent ces images en enfer où ils ont déjà un pied !»

La haine engendre la haine

Dans une position plus nuancée, cet internaute appelle au dialogue pour estomper les tensions : « La violence engendre la violence, la haine engendre la haine. Si les communautés se replient sur elles-mêmes, elles s’enferment derrière le mur de l’indifférence et c’est la fin de ce « melting pot » qu’est Nosy Be. Cette île où se mélangent les cultures et où l’on trouve ce métissage unique. J’adhère à cette démarche fraternelle qui permet de communiquer ».

Même son de cloche pour celui-ci : « C’est exacte, Nosy Be est une île magnifique et bien qu il y a eu des incidents regrettables, cela ne m’empêchera pas de continuer à y vivre, à avoir d’excellentes relations avec mes amis Malgaches et certains vhazas ! »