Lutter contre l’incivisme et l’intolérance en Afrique centrale

Les délégués des pays de la sous région de l’Afrique centrale (CEMAC) réunis dans la capitale gabonaise pendant trois jours à l’occasion d’un séminaire qui a pris fin vendredi dernier et dont le thème portait sur l’éducation et la citoyenneté démocratique ont décidé de créer des synergies afin de tordre le cou à l’incivisme et à l’intolérance qui sont à l’origine des crises sociales et des conflits dans leur sous région.

Notre correspondant à Libreville

« Le contexte sociopolitique dans la plupart des pays de la sous région de l’Afrique centrale est caractérisé par une recrudescence des attitudes inciviques et un décalage notoire entre les comportements déviants et la théorie idéale du citoyen informé et actif participant à la construction de la société dans laquelle il vit » ont remarqué les intervenants rassemblés à Libreville dans le cadre d’un séminaire sur l’éducation et la citoyenneté démocratique.

Pour arrêter la spirale de la violence et des conflits qui sabotent les efforts de développement dans la zone CEMAC, il faudra, selon Owona Ada, délégué du Cameroun, promouvoir à travers l’éducation à la citoyenneté démocratique les valeurs relatives à la culture de la paix et de la solidarité, à la résolution pacifique des conflits et à la dignité humaine.

« La violence ne doit plus être le seul moyen d’expression. Nous devons changer de mentalité et travailler à tous les niveaux pour former des citoyens nouveaux responsables du point de vue de leurs devoirs et de leurs droits civils et politiques, capables d’agir et de penser sans nuire aux autres » a lancé pour sa part Guillaume Nsi Nguema, secrétaire général au conseil national de l’éducation populaire du Gabon.

Mais pour y arriver, les séminaristes estiment que l’éducation à la citoyenneté doit sortir du cadre formel et traditionnel qui était l’école pour atteindre les milieux militaire, politique et la société civile. Aussi ont-ils souhaité voir les politiques encourager leurs peuples à sortir non seulement de l’ignorance mais surtout du clanisme, des conflits et des guerres.

Vers des solutions concrètes

Considérant le rôle prépondérant de l’école dans la formation des individus, les délégués ont préconisé l’élaboration et la mise en œuvre des programmes d’éducation à la citoyenneté démocratique dans l’ensemble des pays de la CEMAC et le renforcement des capacités des enseignants en la matière à travers la formation continue afin de promouvoir efficacement la paix , le dialogue interculturel, la tolérance la coopération et l’intégration des peuples.

La mise en place d’un environnement juridique et institutionnel favorable à l’adoption et à l’application des programmes d’éducation à la citoyenneté parait nécessaire dans le contexte actuel ainsi que la mobilisation des ressources par les Etats et d’autres partenaires pour accompagner l’élaboration et l’application de ces programmes.

Le sport devra dans ce chantier de construction d’une nouvelle Afrique centrale de paix, à l’avis des séminaristes, jouer désormais un rôle important dans la promotion des valeurs démocratiques et citoyennes.

La démocratisation des pays de l’Afrique centrale apparaît aujourd’hui comme une exigence et une urgence incontournable au regard des défis à relever tels que le clanisme, la dégradation de valeurs, la pauvreté, l’analphabétisme, le népotisme, le vandalisme, l’augmentation du taux d’abstention aux consultations électorales, la violence et les conflits armés.