Lutte contre Boko Haram : Washington veut envoyer des conseillers militaires au Nigeria

Face au groupe terroriste Boko Haram, Washington envisage d’envoyer des conseillers militaires au Nigeria.

Le Nigeria se débat toujours contre Boko Haram et n’a pas encore trouvé de solution définitive pour débarrasser le pays du groupe armé. Face à la ténacité de l’organisation terroriste qui continue de répandre le sang dans le nord du pays, Washington a prévu d’envoyer des conseillers militaires au Nigeria pour entraîner les troupes du pays, selon une information du New York Times.

Une mesure qui intervient après qu’une équipe de reconnaissance envoyée au Nigeria par le général Donald Bolduc, qui commande les forces spéciales américaines en Afrique, et a recommandé d’envoyer plusieurs dizaines de soldats des forces spéciales américaines à Maiduguri, dans le nord-est du pays, où Boko Haram a lancé son insurrection armée en 2002. Maiduguri, qui compte environ 2,6 millions d’habitants, dont 1,6 million de réfugiés selon l’ONU, est régulièrement frappée par de nombreux attentats ces derniers mois. Toutefois, pour l’instant aucune décision n’a été prise sur le déploiement de conseillers militaires contre Boko Haram bien que les Etats-Unis disposent actuellement d’une quarantaine de militaires au Nigeria.

Si cette décision est prise, elle marquerait une nette amélioration de la coopération militaire entre les Etats-Unis et le Nigeria, après une période de tension à la fin 2014, selon un responsable militaire américain, qui s’est confié au New York Times. Il faut dire que l’ex-Président Goodluck Jonathan n’avait pas apprécié le refus des Etats-Unis de vendre des armes au Nigeria en raison de graves violations des droits de l’Homme dont était accusée son armée. Le Nigeria avait mis fin subitement à une formation militaire dispensée sur son sol par les Etats-Unis. Depuis, les relations entre les deux pays se sont améliorées puisque l’actuel chef de l’Etat Muhammadu Buhari s’est rendu en juillet dernier à Washington, où il a été chaleureusement accueilli. Le programme de formation militaire sur son sol vient de reprendre, a indiqué ce responsable américain.

Les Etats-Unis ont aussi envoyé au Cameroun, dont la région de l’Extrême-Nord est frappée par les attaques de Boko Haram, un détachement de 300 hommes, chargé de missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance aérienne pour prêter main forte à la coalition régionale qui lutte contre l’organisation terroriste.

Depuis 2009, Boko Haram a fait plus de 17 000 morts et poussé plus de 2 millions de personnes à se déplacer.