Lille à livres ouverts

La huitième édition de Fest’Africa s’inscrit cette année dans le cadre de l’événement  » L’Afrique en créations « . Le Salon du livre africain se tient du 8 au 11 novembre à Lille : Afrik.com y a passé une journée passionnante.

La journée commence en beauté sous le chapiteau de la Grand-Place à Lille qui accueille le Salon du livre africain. Il est à peine 10h00 et déjà le débat littéraire bat son plein. Autour de la critique littéraire Odile Cazenave : Angèle Kingue (Cameroun), Moussa Konate (Mali), Fatou Keita (Côte d’Ivoire) et Ousmane Moussa Diagana (Mauritanie). Ecrivains pluriels d’horizons divers, réunis pour l’occasion et qui chacun racontent leurs livres – beaucoup -, leurs vie – un peu -, leur métier – juste ce qu’il faut. Les auditeurs ont encore un peu froid et un marteau piqueur agace l’ouïe.

Pourtant, pour rien au monde il ne faudrait rater l’évocation magique de la Mauritanie qu’offre M. Diagana au travers de son dernier ouvrage :  » Cherguiya. Odes lyriques à une femme du Sahel  » (Editions le Bruit des Autres, 1999), ou bien encore l’histoire de la sorcière voleuse de sourires de l’ivoirienne Fatou Keita ( » La voleuse de sourires « , NEI, 1997). L’atmosphère se réchauffe, et les allées du salon commencent à se remplir. Une odeur douce-amère monte de la cafétéria improvisée qui offre jus de bissap, beignets et feuilletés.

Nourritures livresques

Mais mieux vaut se remplir l’esprit, car la plupart des écrivains ici présents repartiront dès dimanche soir. Et puis un sourire de la ravissante Bessora vaut bien 10 000 beignets, et une conversation avec l’irrésistible Angèle Kingue aussi. Cette dernière vous racontera sûrement que sa grand-mère  » était une vraie femme parce qu’elle battait les hommes  » et que l’odeur de l’eau de Cologne au détour d’une rue est un message que son défunt père lui envoie pour lui dire  » je vais bien « .

Vous pourrez aussi découvrir les maisons d’édition africaines et leur production qui font souvent la part belle à la littérature de jeunesse, et passer une heure avec Bernard Dadie, figure emblématique de l’écriture à l’ivoirienne. La littérature du Continent bourdonne à Lille jusqu’à dimanche, alors profitez-en !