Libye : un quartier de Benghazi attaqué, cinq morts

Un quartier résidentiel à Benghazi en Libye a été attaqué, ce dimanche. L’attaque a fait cinq morts et 17 blessés, a annoncé, ce lundi, l’hôpital local.

La ville de Benghazi, dans l’est de la Libye, est régulièrement le théâtre d’affrontements entre les forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale et des groupes armés. Ce lundi, cinq personnes ont été tuées et 17 blessées par un bombardement ayant visé un quartier résidentiel de Benghazi. Les blessés ont été accueillis à l’hôpital Al-Jala de la ville.

Pour l’heure, l’attaque n’a pas été revendiquée. La provenance des armes n’a pas été précisée pour le moment, mais le quartier visé est aux mains des forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale. Tout porte à croire que ce sont les groupes armés qui ont commis ce bombardement. D’autant plus que la semaine dernière, 14 personnes ont été tuées et des dizaines blessées dans des combats partisans à Benghazi. Des bombardements de l’armée de l’air ont visé deux navires qui transportaient des armes et des combattants, près de Benghazi, quelques jours avant cette attaque. La ville de Benghazi vit désormais au rythme des combats entre les forces gouvernementales et les groupes extrémistes armés.

Plusieurs groupes terroristes se sont installés dans la ville de Benghazi, depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Ainsi, le groupe terroriste « Le conseil de la choura des forces révolutionnaires » a élu domicile dans la ville. C’est un groupe proche de la coalition Fajr Libya. Le groupe Ansar Asharia ainsi que l’État islamique occupent Benghazi. Ce dimanche, des factions qui se disputent le pouvoir en Libye ont signé l’accord de fin des combats ainsi que la formation d’un gouvernement d’union nationale sous l’égide de l’ONU. Il s’agit de la Chambre des représentants et les délégués du Parlement élu et reconnu par la communauté internationale qui ont signé l’accord. Le Congrès général national (CGN), parlement basé à Tripoli, s’est abstenu d’apposer sa signature, refusant de participer aux discussions de Skhirat, au Maroc.

Depuis la chute de Mouammar Kadhadi, la Libye est plongée dans un profond chaos. Le pays a toujours deux gouvernements qui se disputent pour le pouvoir. L’un est reconnu à l’international, l’autre non. Mais c’est le gouvernement non reconnu, dirigé par la milice Fajr Libya, qui s’est installé à Tripoli, la capitale chassant le gouvernement rival en place. Plusieurs groupes armés se confrontent régulièrement pour contrôler les points stratégiques du pays. L’organisation de l’Etat islamique a aussi des bases en Libye où il n’y a pas d’Etat véritable. L’insécurité y est quotidienne et les violations des droits de l’Homme récurrentes.