Libye : près de 40 migrants meurent dans l’explosion d’un dépôt d’armes

Au moins 40 personnes ont péri dans l’explosion de munitions à Brak al Chati, près de la ville de Sebha, dans le Sud désertique de la Libye.

Au moins 40 personnes sont mortes, jeudi, dans l’explosion d’un dépôt de munitions à Brak al Chati, près de la ville de Sebha, dans le sud libyen désertique. Parmi les victimes, des Libyens, mais surtout des migrants africains. Ils auraient pénétré dans un dépôt de l’armée pour voler des munitions, lorsque l’explosion s’est produite. Le bilan du drame pourrait bien s’alourdir, car durant la nuit, le site était toujours en flammes. Pis, plusieurs personnes pourraient encore être prises au piège, a précisé un responsable des forces de sécurité.

Un nouveau drame qui montre le niveau très élevé d’insécurité qui règne en Libye. Depuis la chute du défunt leader libyen, Mouammar Kadhafi, les autorités libyennes peinent à rétablir la sécurité dans le pays. La circulation des armes, qui ont servi lors du soulèvement contre l’ancien leader libyen, est toujours de mise. De nombreuses milices armées, ex-rebelles, qui ont participé au soulèvement contre le régime de Kadhadi, refusent de déposer les armes, malgré l’appel des autorités.

Ces dernières ont récemment déployé l’armée dans les rues de la capitale libyenne, Tripoli, pour mettre un terme aux affrontements entre groupes armés. A Benghazi, ville de l’est de la Libye, berceau de la révolte contre Mouammar Kadhafi, la situation est également toujours tendue. Un soldat a été abattu ce jeudi par des inconnus armés. La ville était dernièrement le théâtre d’affrontements entre les forces spéciales libyennes et les éléments du groupe Ansar al-Charia. Les autorité locales avaient appelé à trois jours de grève générale pour protester contre les violences quotidiennes.