Libye : les six soignants ont bien été torturés

Les infirmières et le médecin bulgares ont bien été torturés durant leurs huit années de détention en Libye. C’est ce qu’a affirmé Seif el Islam Kadhafi dans un entretien diffusé jeudi sur la télévision arabe Al Jazeera. Depuis la libération des soignants le 24 juillet, le fils du président libyen ne cesse de multiplier les déclarations qui nourrissent la polémique au sein de la classe politique française.

« Il y a bien eu des tortures à l’électricité (…) Et aussi des menaces de s’en prendre à leurs familles », a déclaré Seif el Islam Kadhafi, à propos du traitement subi dans les geôles libyennes par les infirmières et le médecin d’origine palestinienne libérés le 24 juillet dernier. Le fils du président libyen Mouammar Kadhafi s’exprimait lors d’un entretien diffusé jeudi sur la chaîne arabe Al Jazeera. Pourtant, un tribunal libyen avait acquitté, il y a deux ans, neuf policiers accusés d’avoir torturé les prisonniers. Seif el Islam Kadhafi a également reconnu que les six soignants n’étaient pas responsables de la contamination par le virus du sida d’enfants libyens dont 56 ont trouvé la mort.

Selon lui, « un désastre a eu lieu (à l’hôpital de Benghazi), il y a eu une tragédie, cependant elle n’était pas délibérée mais due à des négligences ». Mais, rajoute-t-il, « des rapports contradictoires les impliquant ont été remis aux cours libyennes. Elles se sont fiées à ces documents ». Détenus pendant huit ans en Libye, les infirmières bulgares et le médecin palestinien, naturalisé bulgare, avaient été accusés d’avoir volontairement inoculé le virus du sida à ces enfants à l’hôpital de Benghazi. Mercredi déjà, le fils Kadhafi avait affirmé dans le magazine Newsweek que la libération des infirmières et du médecin bulgares avait été obtenue à la suite d’un « jeu immoral » dont les Européens « ont établi les règles du jeu, [en payant] maintenant le prix…»

Une commission pour faire la lumière sur la libération des soignants

La multiplication des déclarations à la presse de l’aîné des fils Kadhafi laisse d’ailleurs interrogateur sur les motivations de celui qui serait en bonne place pour succéder à son père. Seraient-elles un avant-goût du nouveau « mécanisme politique clair et transparent » qu’il souhaiterait mettre en place dans son pays ? Le signe du nouveau visage de la Libye qu’il souhaite projeter en Europe ?

En attendant, ces sorties contribuent à alimenter la polémique qu’a suscitée en France la libération des six soignants bulgares. Aussi, mercredi, le Parti socialiste a déposé une résolution dans laquelle il réclame la création d’une commission d’enquête qui se penchera sur les « conditions exactes de la Libération des otages de Libye et sur les protocoles d’accord entre la France et la Libye ». Le président français Nicolas Sarkozy et son Premier ministre François Fillon se sont déclarés favorables à sa mise en place, mais elle ne devrait intervenir que dans le courant du mois d’octobre.

De même, dans une tribune publiée dans Le Monde du mercredi, Jean-Louis Bianco et Bruno Rebelle, des proches de l’ancienne candidate PS à la présidentielle, Ségolène Royal, jugent inacceptable « que le gouvernement français propose à la Libye de (Mouammar) Kadhafi une nouvelle aventure nucléaire ». Alors que la polémique enfle en France, le médecin d’origine palestinienne, Achraf Alhadjoudj, a annoncé mardi par le biais de son avocate qu’il déposerait une plainte contre Tripoli devant la commission des droits de l’homme des Nations unies.