Lettre ouverte du MNLA au président guinéen Alpha Condé

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a adressé une lettre ouverte au président guinéen, Alpha Condé. Le MNLA met en exergue les risques d’une intervention militaire qui selon lui constitue un danger pour la région du sahel et appelle au dialogue.

« Permettez-nous de vous transmettre nos distinguées salutations et nos plus sincères remerciements pour votre déclaration à Radio France Internationale du 3 juillet 2012, concernant une intervention militaire de la CEDEAO dans l’Azawad.

Nous adhérons à votre déclaration : le MNLA souhaite un Etat laic ; et n’a cessé de mettre en garde les autorités maliennes et la communauté internationale contre leur passivité, pendant plus d’une décennie, vis-à-vis de la nébuleuse des intégristes et des narcotrafiquants… Ceux-ci considèrent le MNLA comme l’ennemi à discréditer et à abattre, comme le montrent clairement les événements survenus récemment (27 juin 2012) à Gao.

Il est vrai que le MNLA, de par ses convictions politiques et sa connaissance du terrain, les gênerait davantage s’il en avait les moyens matériels. Il est regrettable de constater que le Mali semble plus à l’aise avec les porteurs de cet énorme péril qu’avec les revendications légitimes des populations autochtones de l’Azawad sans cesse exprimées par le MNLA.

Ceci dit, Excellence Monsieur le Président de la République de Guinée, le MNLA ne peut qu’attirer votre attention, d’une part sur la difficulté d’une intervention militaire efficace aux confins du Sahel et du Sahara et, d’autre part sur les dangers d’une telle intervention pour les populations civiles, qui n’ont que déjà trop souffert.

Enfin, Excellence Monsieur le Président de la République de Guinée, nous voudrions réitérer ici la disponibilité du MNLA pour tout dialogue constructif porteur d’une paix durable et définitive dans l’Azawad, au Mali et dans la sous-région. »