Les « voleurs de la République » dans l’œil du cyclone

Les auditions de dignitaires de l’ancien régime se succèdent depuis une semaine au Sénégal.

(De notre correspondant)

La traque est en marche. Depuis jeudi, plusieurs hommes politiques de premier plan suspectés d’enrichissement illicite ont été interrogés à la section de recherche de la gendarmerie de Colobane sur instruction du procureur de la République. En parallèle, le président Macky Sall a fait réactiver la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Après le président du Sénat, Pape Diop, et le chargé de propagande du Parti démocratique sénégalais (PDS), Farba Senghor, plusieurs fois ministre et fidèle du couple Wade, c’est Samuel Sarr, le conseiller financier de l’ex-président, qui a été entendu par les limiers de la gendarmerie. D’après le journal La Tribune, la discussion aurait notamment porté sur l’acquisition de son bolide, une Mercedes S600 blanche, cadeau du Koweït à l’État du Sénégal qu’Abdoulaye Wade aurait vendu à son argentier.

Mis en cause par un rapport de la Cellule nationale du traitement des informations financières (Centif), Mbaye Jacques Diop, l’ancien président du Conseil pour la République sur les affaires économiques et sociales (CRAES), était lui convoqué ce lundi à la Division des investigations criminelles (DIC). Après douze heures d’interrogatoire, l’ex-député-maire de Rufisque s’est dit « soulagé ». « J’ai démontré devant les enquêteurs que je suis blanc comme neige », a-t-il confié à la presse à sa sortie.

Plusieurs autres proches d’Abdoulaye Wade devraient êtres auditionnés dans les prochains jours. La presse évoque les noms de Madické Niang, ancien ministre des Affaires Étrangères, Ousmane Ngom, ex-ministre de l’Intérieur, Doudou Wade, président du groupe libéral à l’Assemblée nationale et neveu de l’ancien chef de l’État. Ses enfants, Karim et Sindiely Wade, respectivement super-ministre et déléguée générale adjointe du festival mondial des arts nègres, pourraient suivre. La gendarmerie souhaiterait par exemple connaître l’origine du jet privé du fils du président.

Un « combat pour la gouvernance vertueuse » ?

Le gouvernement s’est donc engagé dans ce que Macky Sall appelle lui-même un « combat pour la gouvernance vertueuse », une idée mise en avant durant sa campagne. « Nous sommes déterminés à savoir où est passé l’argent public », souligne le ministre de la Justice, Aminata Touré. Dans une interview accordée la semaine dernière au Quotidien, le Garde des Sceaux annonce avoir pris contact avec la Banque Mondiale et les Nations Unies afin de « recouvrer les potentiels avoirs illégaux placés à l’étranger ». Attendus par la rue sénégalaise, ces audits interviennent à seulement un mois des élections législatives. Un timing qui interroge certains, curieux de savoir jusqu’où iront ces audits et s’il n’y a pas de calculs politiques derrière.

« Je ne crois pas que le nouveau pouvoir soit en train d’auditer les dignitaires de l’ancien régime. Ils sont purement et simplement en train de les harceler », a pour sa part estimé l’ancien Premier ministre, dimanche sur les ondes de la Radio Futurs Médias (RFM). Avocat de profession, Souleymane Ndene Ndiaye explique être à l’abri des audits car dit-il un Premier ministre « ne gère pas de deniers publics, ne lance pas d’appels d’offres », il « coordonne l’action gouvernementale ». Interrogé sur sa fortune personnelle, il n’a pas manqué de tacler Macky Sall dont la déclaration de patrimoine avait fait polémique. « C’est clair, je suis devenu plus riche qu’avant que je ne fus aux affaires. C’est normal, j’ai été Premier ministre », confie Souleymane Ndene Ndiaye. Avant d’ajouter : « Le Premier ministre touche un salaire de 4 millions de francs Cfa (6.000€). Mais, même s’il n’a pas droit à des fonds politiques, le président de la République donne de l’argent au Premier ministre. Allez le demander au président Macky Sall qui a été Premier ministre d’Abdoulaye Wade ! »