Les trois prochaines semaines et le Covid-19 : le Sénégal face à son destin

Le Sénégal, qui comptabilise actuellement 36 cas positifs au coronavirus est dans une pente dangereuse, en ce qui concerne la propagation de la maladie. Et ce nombre de malades enregistré dans l’axe Dakar, Touba, Petite Côte risque de créer des foyers dans les prochaines semaines. C’est dire que le Sénégal sera face à son destin les prochaines semaines.

Les sénégalais ont maintenant ouvert les yeux, sur la réalité du coronavirus, qui est en train de gagner du terrain. En effet pour la journée du mercredi 18 mars, 5 cas sont déclarés positifs sur les 27 tests effectués, portant le nombre de malades dans le pays à 36 dont 2 guéris. Une telle évolution a poussé d’ailleurs les autorités publiques à corser les mesures préventives en fermant totalement les frontières aériennes à partir ce vendredi 20 mars 2020 à 23 h 59 et jusqu’au 17 avril 2020.

Il s’agit de la suspension de l’exploitation de tous les vols en provenance et à destination des aéroports du Sénégal, à l’exception des vols domestiques entre AIBD et Ziguinchor, des vols cargo, des évacuations sanitaires et des vols spéciaux autorisés. A travers cette décision, l’Etat a opté pour des mesures drastiques qui pourront définitivement freiner cette pandémie dans notre pays tout en préservant la santé et le bien-être des populations.

Mais  force est de constater que le Sénégal, avec cette progression de la maladie surtout dans l’axe Dakar, Touba, Petite Côte, est face à son destin, pour les trois prochaines semaines. En effet, des risques de voir des foyers dans ces localités ne sont pas à écarter, d’où les mesures radicales prises par l’Etat du Sénégal. Il s’y ajoute la fermeture des hôtels, des mosquées, des marchés.

Impact économiques négatifs, des mesures préventives

La santé n’a pas de prix dit-on, mais force est de reconnaître que ces mesures drastiques, mises en œuvre pour rompre la chaine de propagation du COVID-19, portent des impacts économiques négatifs, très lourds. En ce qui concerne l’hôtellerie par exemple, une des mamelles de l’économie nationale, des pertes sèches incalculables seront enregistrées par le secteur, avec des hôteliers et des guides touristiques dans le désarroi. Il y a une véritable crise sociale dans les hôtels, avec des centaines d’emplois menacés.

En effet, après la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE) (2014-2018), la destination Sénégal, en ce concerne le tourisme, était en train de prendre la pente ascendante, mais avec les mesures prises par tous les pays, l’effondrement du secteur est sérieusement envisageable. Pourtant, selon les statistiques du Ministère du Tourisme et des Transports Aériens, le secteur a contribué à hauteur de 6,8% du PIB en 2017, sur la base des recettes de 482 milliards tirées de l’activité, avec un flux de touristes de 1 365 000 sur une cible de 1 450 000.

Et au premier trimestre de l’année 2018, le crédit hôtelier a octroyé un financement à 27 professionnels pour un montant total de 2 201 290 416 FCFA.  La fermeture de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) est également un tsunami économique, avec des dégâts collatéraux sur les circuits de transports, les restaurants, les cambistes, les manutentionnaires, les prestataires de services, etc. Tout ce monde affiche ses craintes, devant cette situation subite, aux conséquences non encore maîtrisées.