Les riches Kényans font la course pour la citoyenneté caribéenne

Les riches Kényans ont intensifié la recherche d’un deuxième passeport dans les petites nations insulaires des Caraïbes que sont la Dominique et Saint-Kitts-et-Nevis, au moment où l’inquiétude gagne du terrain quant aux prochaines élections et les effets de Covid-19 sur l’économie.

Dans son dernier rapport, le cabinet de conseil mondial en matière de résidence et de citoyenneté, Henley & Partners, a déclaré qu’au cours des 12 mois précédant novembre, le Kenya a connu une croissance des demandes de renseignements sur la citoyenneté par investissement (CBI) de 116%. Cela montre un intérêt croissant chez les riches de trouver une résidence secondaire ou « plan B » et un passeport robuste qui leur ouvrirait davantage des opportunités.

À l’échelle mondiale, les cinq premiers pays, en termes de demandes de renseignements CBI, étaient l’Inde, l’Afrique du Sud, le Bangladesh, le Pakistan et le Nigeria. « Le Kenya a connu une croissance considérable des demandes de renseignements de 116% entre la mi-novembre 2019 et la même période en 2020, tandis que l’Inde a connu une croissance de 61%, sur une base déjà élevée au cours de la même période. Le Nigeria a connu une croissance de 30%, également un point de départ impressionnant », a déclaré Juerg Steffen, PDG de Henley & Partners.

« Les investisseurs avisés ont réalisé que la diversification est aussi pertinente pour la planification du mode de vie que pour la gestion du patrimoine. En répartissant leurs actifs sur une gamme de marchés et de juridictions, ils sont plus susceptibles de récolter des rendements au fil du temps que s’ils couvrent leurs paris sur un seul pays », a-t-il ajouté.

Selon CS Global Partners, une autre société de conseil en citoyenneté, l’élite riche du Kenya a discrètement profité des programmes CBI, une majorité s’intéressant aux petites mais exclusives nations insulaires des Caraïbes que sont la Dominique et Saint-Kitts-et-Nevis.

Micha Emmett, directeur général de CS Global Partners, a indiqué que les Caraïbes offrent un style de vie luxueux combiné à une accessibilité qui plaît à de nombreux entrepreneurs kényans et à ceux qui souhaitent une vie meilleure pour leur famille. « Ce qui était peut-être autrefois considéré comme une voie non conventionnelle pour obtenir un deuxième passeport est maintenant très recherché », a déclaré M. Emmett, dans un communiqué.

Certains riches Kényans dépensent maintenant jusqu’à 3 millions de dollars (1,6 milliard FCFA) pour obtenir les deuxièmes passeports. Par exemple, un Kényan avec deux enfants (mineurs) peut dépenser environ 220 000 dollars (plus de 118 millions FCFA) pour demander la citoyenneté à Saint-Kitts-ou-Nevis. Environ 168 000 dollars (plus de 90,8 millions FCFA) vont au gouvernement, le reste étant versé au conseiller, en plus des frais de passeport.

Le montant payé dépend des exigences du pays, y compris des investissements dans l’immobilier, le tourisme et d’autres entreprises pendant une durée déterminée, en échange de la citoyenneté. Le montant investi est considéré comme un don au gouvernement.

CS Global précise que le deuxième passeport, en particulier des pays des Caraïbes comme la République dominicaine, offre plus d’opportunités aux riches Kényans, leur permettant un accès sans visa à plus de 140 pays, dont les États-Unis, l’Europe et l’Asie. Ce qu’ils ne peuvent pas obtenir avec le passeport kényan. En l’état, le passeport kényan permet un accès sans visa à seulement 65 pays, la plupart en Afrique.

Pour les Kényans qui voyagent à l’étranger, ils doivent demander un visa avant d’entrer dans 140 pays, ce qui prouve que le programme CBI est attrayant pour l’élite de ce pays d’Afrique de l’Est.