Les premiers barils de pétrole nigérien attendus entre 2009-2010

Le premier baril de pétrole nigérien va couler à l’horizon 2009-2010, nonobstant la situation d’insécurité « savamment orchestrée dans le nord du pays », a affirmé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mohamed Ben Omar.

Dans une intervention à la radio publique, « La voix du Sahel », M. Ben Omar a expliqué que le sous-sol nigérien regorge de pétrole et de gaz que le gouvernement entend exploiter. Il a précisé que le gouvernement a créé un cadre juridique très attractif pour encourager les investisseurs à venir au Niger.

« Actuellement, une multitude de compagnies détentrices de permis de prospection opèrent dans la zone nord et nous espérons qu’à l’horizon 2009-2010, le premier baril de pétrole nigérien va couler. C’est dans ce contexte où nous continuons à traquer les trafiquants de drogue et les bandits armés qu’on nous jette frontalement comme une rébellion armée », a ajouté M. Ben Omar.

Le gouvernement a octroyé, le 10 mai dernier, 23 permis de recherche à environ sept compagnies étrangères désireuses de faire des prospections dans le Nord du pays, portant leur nombre à une vingtaine opérant en ce moment dans l’Air et l’Azaouak.

« Le gouvernement reste ouvert au dialogue franc et constructif, à condition que ces Nigériens, qui ont pris les armes, acceptent de les déposer. S’ils ont un bras politique, le président de la République et son gouvernement sont disposés à discuter celui-ci », a-t-il dit.

On rappelle que le Nord du pays, dont le sous-sol regorge d’importants gisements d’uranium, est depuis quelques mois le théâtre d’un conflit armé mettant aux prises les forces de défense et de sécurité et des assaillants regroupés au sein du Mouvement des nigériens pour la justice (MNJ) que le pouvoir de Niamey dit ne pas reconnaître.

Selon un bilan officiel, les attaques perpétrées par le MNJ ont fait jusque-là 17 morts dans les rangs des forces de défense et de sécurité, endeuillant de nombreuses familles.