Les politiques gabonais face à l’absence d’Omar Bongo

Le séjour en Espagne du président gabonais, Omar Bongo Ondimba, pour raisons médicales, suscite débats et spéculations à Libreville. Tentant d’y couper court, le gouvernement gabonais, le parti au pouvoir (PDG) et les principaux partis politiques de l’opposition, ont affirmé vendredi qu’il n’y a pas de vacance de pouvoir au Gabon. Ils ont précisé que toutes les institutions républicaines fonctionnent sans discontinuité, conformément à la Constitution et à toutes les dispositions en vigueur.

Notre correspondant au Gabon

« Il n’y a pas de vacance de pouvoir et j’estime que c’est un débat sans objet en ce moment. La vacance de pouvoir se constate par la Cour constitutionnelle, laquelle est saisie dans des conditions précises par le gouvernement ou les 2 chambres du Parlement », a déclaré le premier ministre gabonais, Jean Eyeghé Ndong, vendredi, précisant qu’il n’est le cas actuellement au Gabon. Le chef du gouvernement gabonais a, par ailleurs, appelé ses concitoyens à redoubler de vigilance et à rester unis afin de préserver la concorde et la paix sociale. « Restez vigilants, évitez de tomber dans le piège des esprits malins et voguez tranquillement à vos occupations », a-t-il conseillé, appelant par ailleurs les Gabonais à ne pas céder à la diversion et à la déstabilisation, orchestrées insidieusement par les manipulateurs.

Le secrétaire général du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir ), Faustin Boukoubi, abondant dans le même sens à appelé les Gabonais à demeurer vigilants et solidaires « face aux manœuvres d’intoxication et de déstabilisation », organisées par les détracteurs de la République à des fins inavouées. « Il seraient plutôt ravis de voir nos femmes et nos enfants déambuler sur les routes avec des baluchons sur la tête comme ailleurs et finalement donner du travail à leurs ONG humanitaires », a déclaré Faustin Boukoubi, accusant subtilement certains milieux occidentaux de vouloir créer une insurrection populaire au Gabon.

L’opposition appelle au respect des institutions

Le président de l’union du peuple gabonais (UPG, opposition), Pierre Mamboudou, concédant vendredi l’inexistence de vacance de la présidence de la République, et appelant les membres du gouvernement à travailler davantage, a pour sa part, invité ceux qui s’agitent sur la question de la succession d’Omar Bongo Ondimba, d’arrêter d’échafauder des stratagèmes inutiles. « Il n’est pas question d’hérédité ni de changement de mode de désignation du président de la République », a déclaré Pierre Mamboundou. Le président de l’union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), Zacharie Myboto, dans son intervention, semble également privilégier la voie légale. « Nous disons et confirmons que le Gabon est un Etat de droit », a-t-il déclaré, rappelant la nécessité de respecter la loi établie.

Depuis qu’Omar Bongo Ondimba a annoncé, il y a bientôt 3 semaines, la suspension de ses activités pour cause de veuvage et se reposer après le décès de sa jeune épouse, beaucoup de rumeurs circulent sur sa succession. Le doyen des chefs d’Etat d’Afrique, à 74 ans, n’est pas encore à la fin de son mandat. Le vice-président de la République, Didjob Divungi Di Ndinge, assure la gestion des grands dossiers de l’Etat pendant son absence. Mais les déclarations du ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, qui affirmait jeudi que le président gabonais allait « très mal », alimentent inquiétudes et spéculations à Libreville qui tourne au ralenti depuis trois semaines.

Lire aussi :

 Santé d’Omar Bongo : les autorités gabonaises se veulent rassurantes

 Omar Bongo serait à l’article de la mort

 Omar Bongo laisse le Gabon dans l’incertitude