Les Nations Unies envisagent la circoncision pour faire reculer le sida

Le journal médical Plos Medecine publie, ce mardi, l’étude « Impact potentiel de la circoncision masculine sur le VIH en Afrique sub-saharienne ». Ce document, basé sur une expérience en Afrique du Sud, indique que les hommes circoncis ont environ 60% de chances en moins d’être contaminés par le sida. Le Dr Catherine Hankins, conseillère scientifique principale de l’Onusida, qui a participé à la recherche, estime que les résultats sont « très prometteurs et encourageants ». Interview.

Les Nations Unies se penchent sur la circoncision comme moyen d’éviter le sida. Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (Onusida) explore cette piste, avec des chercheurs sud-africains, français et américains, dans une étude publiée ce mardi dans le magazine médical Plos Medecine. Les travaux se basent notamment sur les résultats d’une expérience sud-africaine à Orange Farm, sortie en 2005, qui concluait que les hommes circoncis avaient environ 60% de chances en moins d’être contaminés par le VIH via une femme porteuse du virus. Avant de promouvoir l’ablation du prépuce comme moyen additionnel, donc non exclusif, de prévention du sida, l’Onusida attend les retombées de deux études similaires à celles d’Orange Farm menées en Ouganda et au Kenya. Toutefois, le Dr Catherine Hankins juge les résultats sud-africains « très prometteurs et encourageants ». La conseillère scientifique principale de l’Onusida nous explique pourquoi.

Afrik : Pensez-vous que l’étude d’Orange Farm soit fiable ?

Dr Catherine Hankins :
L’étude a été menée dans une population où le taux de séroprévalence est de 30%. Tous les hommes avaient pratiquement les mêmes profil et comportement sexuel (ils avaient peu de partenaires), même si on a noté que les circoncis avaient un peu plus de rapports. Tous ceux qui se sont présentés voulaient être circoncis. Une partie l’a été au début de l’étude, et une autre après. Et nous avons vu que, parmi les circoncis, il y avait une baisse de 60% de séropositifs.

Afrik : La recherche à laquelle vous avez participée se base uniquement sur l’Afrique sub-saharienne. Pourquoi ?

Dr Catherine Hankins :
Comme l’Afrique est le continent le plus touché, si nous devions promouvoir la circoncision ce serait probablement pour l’Afrique sub-saharienne. Mais en Afrique de l’Ouest, le taux de circoncision est déjà très fort. Par ailleurs, le Nigeria et le Botswana ont opté pour la circoncision à la naissance. C’est en Afrique Australe et de l’Est que les autorités doivent choisir.

Afrik : Les recherches sur lesquelles vous vous êtes basés ont-elles démontré que, là où la circoncision est très pratiquée, la séroprévalence est moins élevée par rapport à d’autres régions où elle se pratique moins ?

Dr Catherine Hankins :
Le taux de VIH est très bas dans les pays où le taux de circoncision est fort. Plusieurs études l’ont démontré. On n’a pas encore assuré la corrélation entre le taux de circoncision élevé et le taux bas de séroprévalence, mais c’est pour en savoir plus que nous faisons des études. Mais il faut aussi prendre en compte l’aspect religieux qui peut être lié à la circoncision, et qui favorise peut-être un comportement plus sain.

Afrik : Les projections mathématiques de la recherche indiquent que la circoncision pourrait être bénéfique d’ici 10, 20 ou 30 ans si tous les Africains étaient circoncis…

Dr Catherine Hankins :
C’est surtout à partir de 20 ans que l’on observe des changements importants, en termes de baisse de la contamination et des décès liés au sida.

Afrik : Ces résultats valent surtout pour les hommes, alors que ce sont les femmes qui sont les plus touchées par la pandémie. Se pencher sur les « bienfaits » de la circoncision ne serait-il pas le mauvais cheval de bataille ?

Dr Catherine Hankins :
Pour les femmes, nous avons prévu un effet indirect car moins les hommes seront infectés, moins les femmes le seront. Une étude montre par exemple qu’un homme circoncis a 30% de chances en moins de transmettre le virus à sa partenaire. Mais pour voir les conséquences de la circoncision des hommes sur les femmes, nous attendons les résultats de l’étude menée en Ouganda et qui se penche sur les hommes séropositifs circoncis ou non et les conséquences que cela a pour les femmes.

Afrik : Au final, que pensez-vous de la circoncision comme moyen de prévention contre le sida ?

Dr Catherine Hankins :
Ma position est que les résultats d’Orange Farm, menée par des Français et des Africains, sont très prometteurs et encourageants. Mais nous aimerions voir les résultats des études faites en Ouganda et au Kenya. Car nous devons voir si leurs résultats confirment ceux d’Orange Farm avant de promouvoir la circoncision dans les pays à fort taux de VIH. En attendant, nous encourageons les autorités à améliorer les conditions sanitaires et hygiéniques dans lesquelles les circoncisions sont pratiquées en dehors des hôpitaux. Mais il faut regarder quelle place la circoncision pourrait avoir dans la prévention du sida et, si elle en a une, se demander comment appliquer la mesure, si la population sera d’accord…

Afrik : Promouvoir la circoncision et circoncire reviendrait-il moins cher que payer des antirétroviraux aux malades ?

Dr Catherine Hankins :
C’est une question importante, mais nous n’avons pas fait d’étude à ce sujet. Les décideurs se pencheront sans doute sur le sujet. Mais l’idéal reste que les gens changent de mentalité, de comportement et qu’ils portent le préservatif à chaque rapport. Dans le monde, les gens portent encore le préservatif de façon inconstante et incorrecte. Donc l’idée est de trouver des alternatives, comme les microbicides vaginaux et les préservatifs féminins.

Afrik : Certaines associations craignent que faire la promotion de la circoncision va pousser les hommes à se dispenser de l’usage du préservatif…

Dr Catherine Hankins :
Nous aimerions que les hommes ne se sentent pas invulnérables. C’est pour cela qu’il faut des programmes de sensibilisation très forts quant au comportement sexuel. Il faut que les hommes comprennent que la circoncision serait un ajout aux autres mesures de prévention et qu’il faut rester fidèle.

Afrik : Des opposants à la circoncision vous disent-ils qu’ils ne comprennent pas pourquoi les Nations Unies envisagent la circoncision contre le sida, mais pas l’excision ?

Dr Catherine Hankins :
Les hommes contre la circoncision des nouveaux-nés nous font parfois le reproche. Mais les deux procédures sont très différentes. La position des Nations Unies est qu’il faut faire une différence considérable entre circoncision et excision. L’excision ne fait pas baisser le VIH et doit être arrêtée. Elle touche à la sexualité de la femme et à sa féminité et n’améliore pas sa santé.

 Lire aussi : Swaziland : recrudescence de circoncision pour contrecarrer le sida ?