Les mariages mixtes : une association rien que pour eux !

La rédaction d’Afrik entame un dossier sur les mariages mixtes. Preuve qu’ils représentent un véritable fait de société, une association leur consacre toute sa cause. Couples du Monde espère informer sur les difficultés de vivre à deux quand on est différents et orienter en cas de problèmes.

L’origine de cette association n’est pas très joyeuse car l’idée de la créer est née d’un divorce. Mésentente entre une Algérienne et un Français. Un couple, mais pas n’importe lequel : un couple mixte. C’est comme ça que l’on a tendance à qualifier l’équation de deux êtres qui s’aiment mais n’ont pas la même origine.  » Mixte : qui est formé de plusieurs, de deux éléments de nature différente. Mariage mixte : entre deux personnes de religion, de race ou de nationalité différente « , précise le petit Robert. La différence, à tel point que ce type de couple mérite pour certains qu’on lui consacre une association.

Aider et orienter

 » L’idée de l’association Couples du monde date d’il y a trois ans environ. C’est la suite logique de mon divorce, une expérience que j’ai vécue très difficilement. Je ne voulais pas que cela puisse se renouveler pour d’autres « , explique Samira Etienne, fondatrice de l’association. Elle avoue qu’elle a ressenti à ce moment un vide qu’aucune structure n’a pu combler. Personne n’a pu la renseigner sur la marche à suivre, les astuces et pièges à déjouer. En tant qu’Algérienne, elle ne connaissait pas la loi française et divorçait en France. Problème, même si nul n’est censé ignorer la loi.

L’objectif de l’association, qui paraîtra au journal officiel dans un mois environ, est donc de fournir des renseignements, des conseils et d’orienter les couples mixtes qui rencontrent des difficultés.  » Ce n’est pas vraiment un rôle de médiateur, mais plus d’orientation. Le but est de proposer aux personnes d’aller voir des conseillers conjugaux, des spécialistes du droit et de leur poser des questions « , intervient Samira Etienne, qui compte sur le soutien d’avocats, de psychologues et de juges. Elle veut aider à faire connaître les lois et mentalités de la France afin de ne pas se trouver désarmé quand il y a un conflit. Même si ce que désire Samira Etienne, c’est avant tout que malgré les différences, les couples  » puissent recoller les morceaux « . Hélas !, ce n’est pas toujours possible.

Problème de différence

En effet, ce qui a déclenché toute l’aventure, c’est bien la différence.  » Tant que l’amour est là, dit Samira Etienne, tout va bien. Mais dès que les choses changent alors les différences ressurgissent et créent des problèmes « . Cela est valable quelles que soient les nationalités concernées. En effet, l’association regroupe toute sorte de couples mixtes : pakistanais-algérien, français-marocain, japonais-américain ou encore indien-anglais, mais on retrouve toutefois des motifs de mésentente semblables. Culture et coutumes sont au centre de l’incompréhension. Il arrive que l’un ou l’autre dans le couple ne respecte plus les traditions de l’autre et cela pose de véritables problèmes qui peuvent mener jusqu’au divorce.

Samira Etienne prend très à coeur un autre point, le problème des enfants de ces couples mixtes.  » Quand il n’y a pas d’enfant, les conflits sont plus facilement gérables. Chacun fait des efforts et tolère la différence. Mais après, lorsque l’enfant est là, chacun veut lui donner sa culture en priorité « . L’association se battra aussi afin que les enfants ne soient pas les victimes de ces couples  » différents « .  » Il faut protéger les enfants et les empêcher de devenir des otages « . Au sens propre et figuré. Samira Etienne cite plusieurs cas où les enfants ont été enlevés par un des parents et emmenés dans le pays d’origine d’un des conjoints. Débute alors une longue bataille.

L’association Couples du Monde se veut représentative et espère donc pouvoir être utile à toutes les personnes concernées par les couples mixtes. Elle s’annonce comme un soutien dans les bons comme dans les mauvais moments. Tout simplement parce que l’amour n’est pas toujours plus fort que les différences.