Les Maghrébins se sentent-ils africains?

Les jeunes Français d’origine maghrébine se sentent-ils africains? Revendiquent-ils une africanité ? Quelle est leur identité culturelle ? Micro-trottoir à Paris.

Par Morad Ouasti

L’Africanité compte-t-elle pour un « beur » ? Les jeunes Français issus de l’immigration maghrébine se sentent maghrébins pour une grande partie, ils appartiennent donc culturellement au continent africain. Seulement, dans l’esprit de certains, l’africanité n’est pas aussi évidente que chez un Français d’origine subsaharienne. Dans les rues de Paris, Sarah, Nadera, Khalid, Hassan, Dina, Salah, Zakaria et Nordine nous livrent la réponse à la question : « Vous sentez-vous africain ? »

 Dina, 22 ans, sans emploi, d’origine marocaine

« Je suis assurément africaine »

« Oui, je suis africaine. C’est un axiome. Je me sens, sans équivoque, profondément africaine. Je suis d’origine marocaine berbère et très blanche de peau mais je pense sans l’ombre d’un doute appartenir au continent africain au même titre qu’une Sénégalaise ou qu’une Congolaise. Je suis berbère, c’est une particularité me permettant de ne pas me percevoir autant arabe qu’un Marocain non berbère. Il faut préciser que le Maghreb peuplé de Berbères a été parallèlement arabisé et islamisé. Mes ancêtres sont des autochtones africains. Il y a certes une différence exogène, celle de la couleur de peau et quelques traditions qui diffèrent, mais pour le reste nous sommes pareils. »

 Hassan, 29 ans, chef d’entreprise, d’origine marocaine

« Je me sens africain, mais du Nord »

« Oui, je me sens africain mais d’Afrique du Nord. Je suis maghrébin, mais de dire que je suis aussi africain ne me dérange aucunement car le Maghreb c’est aussi l’Afrique. Je suis d’origine marocaine, le Maroc est ethniquement composite. C’est un mélange d’Arabes de Berbères et de Noirs. Il est difficile de se sentir totalement africain… Je n’ai jamais été en Afrique noire et le seul rapport que j’ai avec cette Afrique, hormis le métissage du Maroc, c’est à travers la diaspora subsaharienne en France. Et elle est comme nous, tous sont pour la plupart de culture française ou ont une culture urbaine de banlieue. L’appréhension est donc faussée. Je me sens assez proche des Ouest-africains, en particulier des musulmans, pour des raisons de proximité géographique, anthropologique, familiale et culturelle. On partage les mêmes valeurs humaines. De plus, en tant que Maghrébin, contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, je me trouve plus d’analogies dans la mentalité avec les Négro-africains qu’avec les Moyen-orientaux, pourtant ethniquement plus proches. »

 Zakaria, 24 ans, étudiant en sciences physiques, d’origine algérienne

« Etre africain, c’est intérioriser et véhiculer des valeurs humaines »

« Oui, je me sens africain. Africain d’Afrique du Nord… Il y a quand même des réalités qu’il ne faut pas négliger. Il existe des différences entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne qui est elle-même très hétéroclite. Au départ, nous sommes géographiquement limitrophes et la culture, ainsi que les valeurs intrinsèques maghrébines, sont identiques à celles des Subsahariens musulmans. La religion est un point commun très fort, elle transcende les différences ethniques, de couleur de peau, etc. Pourtant, il demeure des différences traditionnelles, les us et coutumes ne sont pas les mêmes partout. »

 Sarah, 22 ans, commerciale, d’origine tunisienne

« Quand j’entends le mot Afrique, je pense à l’Afrique noire »

« Non. Je ne me sens pas africaine à proprement parler, je me sens maghrébine. Il est vrai que, quand on se représente dans l’esprit la carte de l’Afrique, le Maghreb est en Afrique, mais on l’oublie souvent peut être à cause de la distance. Il y a le Sahara entre nous. Je me sens proche des Sénégalais et des Maliens parce qu’il y en a en France et qu’on a grandi ensemble dans les mêmes quartiers. Cependant, je ressens une appartenance plus forte au monde arabe, car en Tunisie, on consomme beaucoup de culture orientale comme la musique ou les feuilletons. »

 Nadera, 20 ans, étudiante en Economie-gestion, d’origine marocaine

«Quand je vais au Maroc je sens que je vais dans un pays arabe, mais je n’ai pas le sentiment de me rendre dans un pays africain.»

« Non. Je me sens marocaine et surtout berbère. Je n’ai rien contre les Africains d’Afrique noire mais je ne m’en sens pas particulièrement proche. Il est vrai qu’on fait partie du même continent. Je suis née en France, mon identité culturelle est fondée sur ce que mes parents m’ont appris, c’est-à-dire la culture arabo-berbero-islamique et la culture française. Quand je pars en vacance voir ma famille au Maroc, je sens que je vais dans un pays arabe, mais je n’ai pas le sentiment de me rendre dans un pays africain. Il y a des différences de traditions et de couleur de peau qui provoquent peut être une frontière psychologique. D’autant qu’à la télévision, les images liées à l’Afrique montrent toujours des populations noires ou des pays d’Afrique noire »

 Khalid, 28 ans, conseiller financier, d’origine marocaine

« Je suis marié à une Malienne, j’aimerais m’installer au Sénégal »

« Oui, je me sens profondément africain. Ma femme est malienne, je vais régulièrement au Sénégal et au Mali. Je me trouve beaucoup d’affinités avec les Subsahariens, pour ainsi dire je pense qu’on vit de la même façon et que les mentalités, à quelques exceptions près, sont les mêmes. J’ai toujours été très attiré par l’Afrique noire, pourquoi, je ne sais pas, peut-être parce que j’ai cherché à la connaître. A part la pigmentation de la peau, je n’ai trouvé aucune différence. Je ne mange que des plats maliens, sénégalais, ivoiriens… Je suis toujours chez ma belle-famille malienne, je parle un peu et je continue d’apprendre le soninké. Je pense m’installer prochainement au Sénégal, j’y vais souvent et je suis sûr que je m’y sentirai très bien. »

 Salah, 27 ans, ingénieur télécommunication, d’origine algérienne

« Je me sens plus proche de la France que de l’Afrique noire »

« Non, je ne me sens pas du tout africain. Je trouve que ce sont deux mondes différents. Entre le Maghreb et l’Afrique noire il y a énormément de différences qu’elles soient culturelles, coutumières, de couleur de peau. A la limite, je me trouve des affinités avec les Africains noirs et musulmans, mais avec les autres pas du tout. C’est paradoxal, mon nom de famille, en berbère, veut dire « noir », pourtant je ne suis pas berbère et je suis blanc de peau ! Je me sens beaucoup plus proche de la France de par l’histoire coloniale algérienne et de la mentalité. J’ai grandi dans le même quartier que des Africains et certains sont mes amis, mais j’avoue ne pas connaître vraiment leur culture, peut être est-ce pour cette raison que je ne ressens pas d’africanité ? »

 Nordine, 26 ans, étudiant en Finance, d’origine marocaine

« Il y a deux Afriques »

« Je me sens Nord-africain précisément. Il y a des différences caractéristiques notoires entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire. Qu’elles soient socio-économiques ou culturelles. Il est vrai que les Maghrébins et les Negro-africains musulmans sont proches, toutefois les caractéristiques des deux Afriques sont multiples. Nous n’avons pas au Maghreb les mêmes problèmes de sida, de conflits inter-ethniques, nous n’avons pas tout à fait la même histoire si ce n’est l’époque coloniale, ethniquement nous sommes différents. Nous faisons partie du même continent, mais il y a une étendue de différences entre nous et eux symbolisée par une barrière naturelle, le désert du Sahara. »