Les Libériens disent « oui » à George Weah, mais…

George Weah, Président du Liberia

Environ 2,5 millions d’électeurs appelés aux urnes, le 8 décembre pour statuer sur huit amendements constitutionnels, dont un réduisant le mandat présidentiel de six à cinq ans. Les libériens ont certes voté « oui », mais ont par ailleurs sanctionné le camp du Président George Weah.

Les Libériens ont dit « oui » aux amendements du Président George Weah, visant à réduire le mandat du chef de l’État et à autoriser la double nationalité, selon des résultats partiels pour un tiers des régions du pays annoncés mardi. Dans le même temps, les électeurs ont infligé un sérieux revers au parti au pouvoir lors du vote sénatorial tenu le même jour.

En effet, l’opposition a remporté 15 des 30 sièges au Sénat, dont celui du comté de Montserrado, le comté le plus peuplé du pays, qui comprend la capitale Monrovia. Environ 2,5 millions d’électeurs ont été invités à voter, le 8 décembre, sur huit amendements constitutionnels, dont un réduisant le mandat présidentiel de six à cinq ans.

Selon la Commission électorale nationale (NEC) le « oui » sur les huit questions l’a emporté dans les cinq comtés où le décompte a été effectué, sur les 15 que compte le Liberia. Au Sénat, sur les sept comtés entièrement comptés, l’opposition en a remporté quatre, contre deux pour le Congrès pour le changement démocratique (CDC) de George Weah et un pour un candidat indépendant, selon le NEC.

Dans le bastion électoral historique de George Weah, l’un de ses plus féroces opposants, le sénateur Darius Dillon, a été réélu avec 61% des voix, selon la Commission électorale. Le vote a également été un baromètre pour le Président George Weah, qui avait suscité de grands espoirs en 2018 en accédant au pouvoir dans ce pays d’Afrique de l’Ouest encore marqué par la guerre civile de 1989-2003 et l’épidémie d’Ebola de 2014-2016.

Le dirigeant n’a pas réussi à redresser l’économie et l’enthousiasme a cédé la place au désenchantement. Raison pour laquelle les principaux partis d’opposition avaient appelé au boycott du référendum.

Bien que George Weah, 54 ans, en soit encore à son premier mandat, ses opposants craignent qu’il ne profite d’un amendement constitutionnel pour affirmer que la loi lui offre un nouveau départ, tout comme son homologue guinéen et voisin Alpha Condé et le président ivoirien Alassane Ouattara.