Les haricots burkinabés à la rescousse du Nigeria

Les denrées alimentaires ont connu un fort renchérissement au Nigeria, suite à la baisse de la monnaie nationale. Le gouvernement a décidé d’ouvrir ses portes au haricot burkinabé pour orienter à la baisse le prix d’un des légumes de base du pays.

Les haricots nigérians sont trop chers. Contre coup de la dépréciation du Naira, le précieux légume, tout comme la majeure partie des autres denrées alimentaires, connaît un renchérissement de ses coûts. Le gouvernement a décidé de faire appel au haricot burkinabé pour endiguer la flambée des prix.

L’objectif est, avec cette nouvelle initiative d’importation, de gonfler l’offre de haricots sur le marché national. Loi de l’offre et de la demande, les prix seraient alors naturellement amenés à diminuer.

Séduit par l’abondance burkinabée

La nouvelle volonté importatrice nigériane fait suite à la visite du président Olusegun Obasanjo la semaine dernière au Burkina Faso. Le chef de l’Etat qui se disait  » fasciné par l’abondance  » du haricot dans le pays hôte.

Mardi dernier, lors de la Journée internationale du travail, le président du Congrès travailliste nigerian, Adams Oshiomhole, avait demandé au président Obasanjo d’oeuvrer pour rendre les produits alimentaires de base plus accessibles aux consommateurs. Dans le contexte actuel de doléances nationales, les déclarations du gouvernement arrivent donc à point nommé et laissent entrevoir un prochain infléchissement de la situation.

Si la solution du prix du haricot passe par l’importation, l’Etat apporte toutefois des réponses nationales pour la question des céréales en introduisant sur le marché une partie des réserves du pays. Une mesure qui a payé. Une baisse de 20 à 25% a déjà été enregistrée.  » Pas assez « , estime le ministre de l’Agriculture. Et ce ne sont pas les Nigérians qui le contrediraient.