Les Gambiens aux urnes : Darboe à l’assaut de Barrow


Lecture 2 min.
Adama Barrow
Le Président de la Gambie, Adama Barrow

Ils sont 962 157 électeurs gambiens à être appelés aux urnes, ce samedi 4 décembre, pour désigner un nouveau président de la République, parmi six candidats, dont le chef de l’Etat sortant, Adama Barrow.

Les Gambiens sont appelés aux urnes, ce samedi 4 décembre 2021, pour choisir un nouveau chef d’Etat. Sur une population de plus de 2 millions d’habitants, 962 157 électeurs inscrits sur les listes électorales devront choisir entre les six candidats que sont : le Président sortant Adama Barrow, Ousainou Darboe, Halifa Sallah, Mamah Kandeh, Essa Mbye Faal et Abdoulie Ebrima Jammeh.

Venu au pouvoir à la faveur de l’élection présidentielle de décembre 2016 qui a chassé du pouvoir son prédécesseur Yahya Jammeh, Adama Barrow avait promis une transition de juste trois ans, avant de léguer les rênes de ce pays d’Afrique de l’Ouest. L’appétit venant en mangeant, l’homme a fini par prendre l’option de boucler cinq ans de règne et tente, aujourd’hui, de décrocher un second mandat.

Une tâche qui ne sera pas du tout facile, notamment face à la détermination de son ancien allié devenu son farouche opposant, Ousainou Darboe, son principal challenger lors du scrutin de ce samedi. Ce dernier, avocat de profession, avait été jeté en prison lors du dernier scrutin, ce qui l’avait éloigné de l’élection présidentielle de 2016 à laquelle il n’avait pas pris part.

Nommé ministre des Affaires étrangères dans le premier gouvernement Barow, Ousainou Darboe a par la suite été parachuté à la vice-présidence de la République gambienne, avant que son compagnonnage avec Adama Barrow ne prenne fin en 2019, devant l’appétit pour le pouvoir affiché par le dirigeant à l’époque. Ce samedi, Ousainou Darbo compte sur les bulletins de vote pour éjecter Adama Barrow.

A lire : Gambie : Adama Barrow, un second mandat en question

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter