Les frontières se ferment entre la RDC et l’Ouganda pour contrer Ebola

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont ordonné la fermeture de l’accès au lac, de la frontière terrestre avec l’Ouganda et de deux marchés dans le cadre de mesures préventives contre la propagation de l’épidémie d’Ebola qui sévit dans le pays voisin.

Plusieurs dizaines de commerçants des localités de Beni et de Butembo, dans la province du Nord-Kivu en RDC, ont été placés en centre d’isolement à leur retour d’Ouganda. Le virus de la fièvre Ebola a une période d’incubation de 21 jours.

« Il y a cinq jours, nous avons fait fermer la frontière et deux marchés – Kasindi et Watakingi – où les commerçants venant d’Ouganda vendent leurs produits », a expliqué Marcel Katembo, le responsable de la santé publique à Beni et Butembo.

L’épidémie de fièvre Ebola qui s’est déclarée à Bundibugyo, un district de la région ouest de l’Ouganda, a déjà fait 28 morts parmi les 112 personnes infectées depuis le mois de septembre, et a apeuré la population.

Selon M. Katembo, des points de contrôle ont également été dressés le long des routes reliant les villes et les villages de RDC. Une trentaine de camions transportant de la nourriture et des marchandises ont été arrêtés dans le cadre des mesures préventives prises pour lutter contre la propagation de l’épidémie, ce qui fait craindre une hausse des prix des denrées alimentaires de base, selon un reportage diffusé sur les ondes de Radio Okapi, une station de radio financée par la MONUC (Mission des Nations Unies en RDC).

Les habitants et les autorités sanitaires de la région, ainsi que les services de radio et de télévision, mènent actuellement une campagne de sensibilisation sur la fièvre Ebola dans les régions frontalières de l’Ouganda.

L’épidémie de fièvre Ebola qui a fait près de 20 morts parmi les 26 personnes infectées dans la province occidentale du Kasai, a été maîtrisée en novembre.

La fièvre Ebola se manifeste par une forte fièvre, des diarrhées, de graves hémorragies et une grande fatigue. Le virus se transmet au contact direct de personnes ou de primates infectés. Il n’existe pas de traitement curatif pour l’instant et selon les experts, la maladie est mortelle dans 50 à 90 pour cent des cas. Les meilleurs moyens d’enrayer l’épidémie sont la prévention, la détection rapide des symptômes de la maladie et l’isolement des cas suspects.

La RDC a connu de graves épidémies de fièvre Ebola, notamment en 1976 à Yambuku, dans la province Orientale, en 1995 à Kikwit, dans la province du Bandundu, où la maladie avait fait au moins 250 morts, puis en 1999 à Watsa, dans la province Orientale. En 2000, l’épidémie a fait au moins 170 morts dans le district Gulu au nord de l’Ouganda.

Le virus de la fièvre Ebola a été identifié pour la première fois au Soudan en 1976 et dans une région limitrophe en RDC (ancien Zaïre). Des épidémies se sont également déclarées en Côte d’Ivoire et au Gabon.