Les Etats-Unis s’apprêtent à stopper leur production de mines antipersonnel

Les Etats signataires de la Convention d'Ottawa en bleu (wikipedia.com)

Les Etats-Unis devraient prochainement adhérer à la convention d’Ottawa, traité qui interdit l’utilisation, la production et la commercialisation des mines antipersonnel. L’annonce a été faite vendredi à l’occasion d’un sommet mondial de suivi de ce traité à Maputo, capitale du Mozambique.

La Maison-Blanche a annoncé que les Etats-Unis vont signer prochainement la convention d’Ottawa. Signé en 1997, ce traité interdit l’acquisition, la production, le stockage et la commercialisation des mines antipersonnel. L’annonce a été faite à l’occasion de l’achèvement vendredi d’un sommet mondial de suivi de ce traité à Maputo, capitale du Mozambique.

« Notre délégation à Maputo a dit clairement que nous cherchions assidûment des solutions conformes à la convention d’Ottawa qui, à terme, permettraient aux États-Unis d’y adhérer », a déclaré la présidence de ce pays, dans un communiqué. Les États-Unis ne « produiront pas à l’avenir, ni ne chercheront à acquérir de mines antipersonnel, y compris à remplacer les stocks existants », ajoute le texte.

Plus de trois millions de mines antipersonnel en stock

Les Etats-Unis détiendraient plus de trois millions de mines antipersonnel en stock, même si le pays ne produit plus cette arme. Selon le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, ces mines vont commencer à se détériorer d’ici 10 ans et elles seront « totalement inutilisable(s) » dans 20 ans.

Cette volonté des autorités américaines a été fortement critiquée par le président de la commission des Forces armées de la Chambre des représentants, le républicain Buck McKeonj, alors même que la dernière utilisation des mines antipersonnel par les Etats-Unis remonte à la guerre du Golfe en 1991. « C’est vraiment une solution onéreuse à la recherche d’un problème qui n’existe pas », a-t-il indiqué en précisant que les militaires américains considéraient encore les mines antipersonnel comme un « outil important de l’arsenal des États-Unis », rapporte La Croix.

Les Nations-Unies ont estimé en 2008 que les mines antipersonnel provoquent la mort de 15 000 à 20 000 personnes chaque année et touchent particulièrement les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Près de 35 pays n’ont toujours pas signé la convention d’Ottawa, trois membres du Conseil de sécurité de l’ONU, les Etats-Unis, la Chine et la Russie, ainsi que Israël, l’Inde, le Pakistan et les deux Corées.

Les Etats signataires de la Convention d'Ottawa en bleu (wikipedia.com)