Les Etats-Unis font la guerre au SIDA en Zambie

Le gouvernement américain vient d’annoncer l’octroi de 216 millions de dollars d’aides diverses pour accélérer la lutte contre le SIDA (VIH) en Zambie.

C’est lors d’une réunion tenue à Lusaka le mardi 11 septembre 2007 entre le gouvernement zambien, les partenaires de la coopération internationale et les prinicpaux acteurs de la lutte contre le VIH (SIDA) que l’Ambassadeur des Etats-Unis en Zambie, M. Carmen Martinez, et le Ministre zambien de la santé, M. Brian Chituwo, ont annoncé ensemble l’octroi d’un montant global d’aides s’élevant à 216 millions de dollars par les Etats-Unis d’Amérique, ces fonds étant destinés à améliorer les actions et les services de prévention de la contagion, mais aussi la prise en charge des malades, et surtout de leur traitement.

L’appui très important du gouvernement américain ne suffit pas à financer complètement une lutte qui apparaît d’autant plus urgente que le taux de prévalence du SIDA dans la population zambienne est aujourd’hui estimé à aujourd’hui 16,5%.

Trouver des relais à l’aide de la première puissance mondiale

La forte implication de Georges W. Bush dans le déblocage de cette aide structurelle en faveur de la Zambie a été salué par le Ministre Brian Chituwo qui a également encouragé les Etats-Unis, cette année, dans la nouvelle démarche qu’ils ont engagée : fédérer autour d’eux sept autres donateurs pour fournir un appui direct au Conseil National de lutte contre le SIDA (NAC) en vue de coordonner les actions entreprises en Zambie, et de tirer rapidement les leçons des expériences et épreuves traversées.

Seule certitude pour les zambiens : ils ne sont pas abandonnés à leur sort, et une prise de conscience mondiale se fait jour, qui réclame l’égalité devant les soins entre le Nord et le Sud, c’est-à- dire l’ardente obligation pour les Chefs d’Etat de la planète de ne pas laisser certaines populations sur le côté du chemin…

Parce que le jour n’est plus si loin où prévention et prise en charge médicale parviendront à faire reculer l’épidémie mondiale dont l’épicentre est en Afrique…