Les Etats-Unis encore sous le choc (vidéo)

Les Etats-Unis d’Amérique sont sous le choc après le décès d’un jeune de 41 ans. L’Institut médico-légal a conclu que le décès relevait d’un homicide, lié à une asphyxie consécutive à une contrainte physique.

Après George Floyd, mort asphyxié sous le genou d’un policier, les Etats-Unis d’Amérique s’indignent face au même sort réservé à un autre Américain : Daniel Prude. Cet Afro-Américain de 41 ans, qui souffre de troubles psychologiques, a été tué au mois de mars dernier, alors qu’il errait nu dans la rue. Que s’est-il passé ?

Les faits, qui se sont déroulés en mars dans l’Etat de New York, ont été remis au goût du jour, après la publication, mercredi, par la famille du défunt, d’une vidéo. Pour se protéger des crachats de cet homme en plein Coronavirus, les policiers l’ont encagoulé avec un sac placé sur sa tête, avant de le plaquer au sol pendant deux minutes alors qu’il neigeait.

« Choquée », la maire de Rochester, Lovely Warren, une Afro-Américaine, a annoncé la suspension des sept policiers présents lors de l’interpellation. Une enquête était en cours, a indiqué la Procureure, sans donner de raisons sur l’absence de sanctions à l’encontre des agents de police incriminés dans cette affaire. Pour sa part, La’Ron Singletary, chef de la police de la ville, Afro-Américain aussi, a assuré qu’il n’avait jamais été question de « couvrir » l’incident.

Les faits, selon les proches du défunt, sont d’autant plus graves que l’institut médico-légal a conclu que la mort de Daniel Prude relevait d’un homicide, lié à une « asphyxie consécutive à une contrainte physique ». Suffisant pour créer l’indignation chez les organisations de défense des droits de l’Homme. Surtout que plusieurs personnes se sont rassemblées devant le siège de la sécurité publique, à Rochester, ce jeudi 3 septembre 2020, pour manifester leur indignation.

Iman Abid, directrice de l’antenne locale de l’organisation de défense des droits de l’Homme New York Civil Liberties Union, a dénoncé : « Il y a quatre mois que le bureau de la procureure a ouvert son enquête, mais il n’en faut pas tant pour constater que les officiers impliqués ont abusé de leur autorité et mis fin à l’existence de M. Prude ».