Les enfants des rues de Nabil Ayouch

 » Ali Zaoua, Prince de la rue  » est le deuxième long-métrage de Nabil Ayouch. Un conte urbain cruel et touchant qui met en scène avec pudeur les enfants des rues de Casablanca.

Ali, Kwita, Omar et Boubker sont amis. Ils ont une dizaine d’années et dorment, mangent et rient ensemble. A peu de choses près, ils ressemblent à tous les gamins de leur âge. Mais Ali, Kwita, Omar et Boubker vivent dans la rue. Univers hostile et sans limites aucune, qui broie l’enfance de ces petits Marocains.

Avec  » Ali Zaoua, Prince de la rue « , Nabil Ayouch signe un deuxième long-métrage plein de justesse. Pudique, sa caméra cherche une porte de secours dans le regard noir et dur de ces mômes trop tôt livrés à eux-mêmes. Le casting du film, constitué d’enfants des rues, permet la mise en images d’une vie partagée entre la bande de copains, la colle, les cigarettes et les astuces pour survivre.

Conte urbain émouvant

La mort d’Ali, lors d’une confrontation avec la bande de Dib – interprété par Saïd Taghmaoui – va bouleverser ce petit monde.  » Même s’il a eu une vie de merde, il n’aura pas un enterrement de merde  » disent en coeur Kwita, Omar et Boubker qui décident d’enterrer leur ami dignement. Les petits princes de Casablanca vont vivre des journées mouvementées pour mener à bien leur projet.

Loin de tout misérabilisme, Nabil Ayouch livre un conte urbain émouvant, tour à tour poétique, onirique et cru. Pour réaliser ce film, il a travaillé sur le terrain pendant deux ans avec l’Organisation Non Gouvernementale Bayti.  » Ali Zaoua  » a remporté le grand prix, le prix du dialogue et le prix du scénario au 6ème festival national du cinéma à Marrakech, le 3 février dernier. Il représentera le Maroc aux Oscars pour la sélection du meilleur film étranger. En France, il faudra attendre le 21 mars pour courir dans les salles découvrir Ali est ses amis.

 » Ali Zaoua, Prince de la rue  » de Nabil Ayouch, avec Mounïm Kbab, Mustapha Hansali, Hicham Moussoune, Abdelhak Zhayra. Avec la participation de Saïd Taghmaoui.

Durée : 1h40. Sortie en France : le 21 mars 2001.