Les deux touristes autrichiens enlevés par Al-Qaïda en Tunisie seraient au Mali

Les deux autrichiens qu’Al-Qaïda affirme avoir kidnappés le 22 février en Tunisie seraient maintenant au Mali. L’enlèvement a été revendiqué, lundi, par le groupe Al-Qaïda au Maghreb.

Les ravisseurs des deux touristes autrichiens, disparus depuis mi-février, seraient passés au Mali, après avoir rejoint le Sahel à travers l’Algérie et la Libye rapporte le journal algérien Annahar sur son site internet. L’armée algérienne cherchait à les localiser près de la frontière tunisienne, dans une région montagneuse réputée pour abriter des groupes islamistes armés.

Lundi, la chaîne qatarie Al-Jezira a diffusé un enregistrement sonore attribué à Al-Qaïda au Maghreb. Le porte-parole du groupe y justifiait le kidnapping en accusant les Etats occidentaux de collaborer au massacre des Palestiniens de la bande de Gaza. Dans sa déclaration, il traite la Tunisie « d’Etat apostat » et menace les touristes occidentaux qui se rendraient dans le pays, prévenant « que les mains des moudjahidines peuvent les atteindre où qu’ils se trouvent sur le sol tunisien. » Il affirmait que Wolfgang Ebner, 51 ans, et sa compagne Andrea Kloiber, 43 ans, kidnappés le 22 février étaient en bonne santé et bien traités.

L’Autriche s’inquiète

La Tunisie déclare que le kidnapping n’a pu avoir lieu sur son territoire. Les deux touristes seraient allés trop loin dans le désert et auraient été kidnappés en Algérie où sont situées les bases d’Al-Qaïda au Maghreb.

Le gouvernement autrichien prend les déclarations du groupe islamiste très au sérieux et s’inquiète du sort de ses citoyens. En 2003, trente-deux touristes suisses, allemands et néerlandais avaient été kidnappés puis libérés après versement d’une rançon de près de 5 millions d’Euros par Berlin. L’un des otages était mort d’insolation. Le principal responsable de cette opération, l’Algérien islamiste Amari Saïfi, a été arrêté au Tchad en 2004 et remis aux autorités algériennes. Son procès n’a toujours pas eu lieu.