Les combats ont repris à l’ouest

La région de Vavoua, à l’extrême-ouest de la Côte d’Ivoire, a été le théâtre, jeudi, d’affrontements entre rebelles et forces loyalistes. Différentes localités ont été la cible de tirs nourris. Le cessez-le-feu, signé le 17 octobre dernier, semble caduque et les actuelles négociations de Lomé bien fragiles.

Les informations qui nous parviennent de l’ouest de la Côte d’Ivoire sont contradictoires, partielles et souvent partiales. Pour autant, un regain de tension est à noter dans l’extrême-ouest du pays depuis jeudi matin. Dans la matinée, des tirs ont été entendus par la population de Danané, à la frontière avec le Liberia, et les habitants sont terrés chez eux. Des tirs ont également retenti jeudi après-midi à Man, la principale ville de l’Ouest ivoirien.

Dans cette région, fief du général Robert Gueï, tué aux premières heures de l’insurrection du 19 septembre dernier, un homme se présentant comme le sergent Félix Doh a contacté l’AFP. Il a indiqué à l’agence de presse que ses hommes avaient pris la ville de Danané et qu’ils s’étaient déployés jusqu’à San Pedro, le second port du pays.

Combats à Vavoua

Mercredi, les rebelles et le gouvernement ivoirien s’étaient accusés mutuellement d’avoir rompu le cessez-le-feu conclu le 17 octobre dernier. L’état-major ivoirien avait annoncé, en début d’après-midi, que les rebelles avaient attaqué des positions loyalistes sur le front ouest, sur l’axe Séguéla-Man, précisant que l’armée allait immédiatement  » passer à l’action « . Mercredi soir, les rebelles affirmaient avoir été victimes d’une attaque d’hélicoptère de type MI-24, conduite par les troupes gouvernementales, sur leur position de Pélézi, dans la région de Vavoua (ouest). Information que les militaires français, qui surveillent l’application du cessez-le-feu, tentent encore de vérifier à l’heure où nous mettons en ligne.

Des combats ont éclaté, jeudi, en début d’après-midi près de Vavoua (à 50 km de Daloa) entre les rebelles et les troupes gouvernementales. Le porte-parole des forces françaises, le lieutenant-colonel Ange-Antoine Leccia, faisait état de deux colonnes loyalistes, parties de Daloa dans la matinée et se dirigeant vers Vavoua à une demie-heure d’intervalle.  » La première colonne compte entre 150 et 200 hommes à bord de pick-ups et de blindés. Elle est essentiellement composée de soldats noirs anglophones et de mercenaires blancs. La deuxième colonne compte une centaine d’hommes de troupe ivoiriens.  »

Il est impossible pour le moment de donner un bilan des affrontements. Alors que Dominique de Villepin, ministre français des Affaires étrangères, est actuellement en tournée en Afrique de l’ouest pour relancer une solution politique à la crise, la menace des combats ne semble pas s’éloigner.