Les cauchemars du Gecko

Voilà une pièce qui interpelle. L’excellent auteur malgache Jean-Luc Raharimanana livre ses pensées sur la mondialisation, la place de l’Afrique dans le monde, les migrations. Les cauchemars du Gecko, mise en scène par Thierry Bedard, est jouée au Théâtre des Quartiers d’Ivry, en région parisienne, jusqu’au 19 février.

Il y a de la musique live, des cris, des rires hystériques, des chansons drôles, des grincements de dents et des larmes qui coulent sur les joues des acteurs. C’est un spectacle prenant, qui ballotte le spectateur comme un clandestin qui traverse la houle du détroit de Gibraltar. D’immigration, il en est question dans le texte du Malgache Jean-Luc Raharimanana, qui égrène ses réflexions et ses coups de gueule sur l’Histoire (celle avec un grand H et ses colonies), les dictateurs africains et la loi du marché, l’Afrique, le terrorisme, la domination occidentale…

Avec des trouvailles stylistiques (« je suis un démo-crade, man », « exploite ou crève », « on a hérité de la connerie des siècles »…) et quelques piques bien senties en direction d’un certain discours de Dakar qui expliquait pourquoi et comment « l’homme africain n’était pas assez entré dans l’Histoire ». Le drame de l’Afrique qu’il disait…

Toute la violence du monde

Si les idées ne sont pas nouvelles, la justesse du point de vue et des descriptions est souvent au rendez-vous, portée par une troupe d’acteurs tous formidables. Et la mise en scène, originale et survoltée, souligne d’autant plus la force des propos. Certaines scènes s’approchent du clip vidéo, comme la chanson « Voyez comme nous sommes beaux » ou l’hilarant passage « Soyons logiques ». De la musique qui bouscule les mots, des acteurs qui font corps (au sens propre comme au figuré) avec le texte, un guitariste électrique qui donne le tempo sur scène…

Mais que vient faire le gecko là-dedans ? La réponse du metteur en scène Thierry Bedard : « Le gecko n’a pas de paupière, il ne ferme jamais l’oeil… et l’on dit que quand on regarde dans l’oeil étrange du gecko, on voit toute la violence du monde. »

Les cauchemars du Gecko, Raharimanana – Thierry Bedard

Jusqu’au 19 février 2010

Studio Casanova – Théâtre des Quartiers d’Ivry

69, avenue Danielle Casanova, métro Mairie d’Ivry