Les boubous chics sont de retour

« Afrique et séduction »… Tout un programme ! Et c’est ce que propose Moussa Cissé, jeune styliste mauritanien, pour son prochain défilé de boubous, qui aura lieu dimanche à Paris. Des coupes modernes, des couleurs vives et un beau travail sur le voile maure… Plus de 70 modèles cousus et brodés à la main qui sauront séduire les coquettes africaines et occidentales.

Le jeune styliste mauritanien Moussa Cissé présente dimanche, à Paris, sa nouvelle collection de boubous chics. Une soirée qui commence à 18h et risque de se poursuivre tard dans la nuit, au rythme des danseuses orientales qui doivent ouvrir le défilé et de la chanteuse malienne Demba Diallo qui viendra égayer l’après-défilé. Le thème choisi cette année par Moussa : « Afrique et séduction »…

« L’idée, c’est de parler de la séduction des femmes africaines, surtout de la Mauritanie, du Mali et du Sénégal », explique Thierno, cousin et conseiller de Moussa. « La séduction s’exprime à travers les vêtements, à deux niveaux : les dessous et les dessus. Les dessous, ce sont les petits-pagnes, les perles de différentes tailles et de différentes couleurs. Dans la séduction, il y a aussi l’importance de la démarche, le maquillage, le tatouage, les parfums… Nous souhaitons faire ressortir tous ces aspects pendant le défilé. »

Coupes modernes

Côté boubous, Moussa s’est adapté au contexte parisien et à l’arrivée de l’été dans la capitale française. « Mes boubous peuvent être portés par des Européennes, ils ont des coupes modernes passe-partout », précise-t-il. Cette année, il s’est attaché à travailler sur le voile mauritanien, « un tissu comme de la soie, très coloré », et a créé des robes et des jupes qui vont avec. Il s’est aussi amusé à redécouvrir le bazin, encore une fois en choisissant des coupes contemporaines. Le syliste travaille à peu près sur toutes les couleurs (même le rouge, pourtant considérée comme une couleur intime en Mauritanie, et qui est surtout utilisée pour les dessous). Ses teintes préférées : le rose, le jaune et le bleu ciel.

Comme d’habitude, les boubous présentés dimanche (quelques 70 modèles en tout présentés par 10 mannequins femmes et deux hommes) sont cousus et brodés à la main. Tous les tissus viennent directement de Mauritanie. « Je travaille avec ma mère, teinturière à Nouakchott », indique Moussa. « Je lui envoie mes dessins, les coupes, les couleurs et elle s’occupe du reste. On se téléphone tous les jours, elle est au courant de tout ce que je fais à Paris. D’ailleurs, elle sait que le défilé se tient dimanche et elle est très contente ! »

Défilé de Moussa Cissé, « Afrique et séduction »

Dimanche 27 juin à partir de 18h à l’Opus Jazz, 167, quai de Valmy 75010 Paris