Les autorités camerounaises convoquent la journaliste Mimi Mefo pour le 5 novembre

Mimi Mefo

Les autorités camerounaises doivent cesser d’intimider la journaliste Mimi Mefo et veiller à ce qu’elle puisse travailler en toute sécurité sans craindre de représailles, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Le 31 octobre, Mimi Mefo, responsable de l’information anglaise et présentatrice de la chaîne de télévision et radio privée Equinoxe, a été convoqué devant la gendarmerie nationale de Douala, capitale du Littoral camerounais, dans le cadre d’une enquête de fausse information et de cybercriminalité. Mefo, qui dirige également Mimi Mefo Info, son propre site d’informations, et publie des articles sur les médias sociaux concernant les troubles politiques dans les régions anglophones de l’ouest du Cameroun, doit se rendre au bureau de la gendarmerie de Douala le 5 novembre à 14 heures.

« En convoquant Mimi Mefo, les autorités camerounaises envoient un message négatif à la communauté des médias du pays« , a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ, de Dar es Salaam, en Tanzanie. « Au cours de l’année écoulée, des journalistes camerounais ont été convoqués à plusieurs reprises pour le simple fait de faire leur travail. Souvent, ces convocations ont abouti à des détentions. Ce schéma d’intimidation doit cesser. »

Le document de convocation ne spécifie aucune charge contre Mimi Mefo, indiquant seulement qu’elle est convoquée dans le cadre d’une enquête. Richard a déclaré que la convocation résultait probablement d’une plainte déposée contre Mefo par l’État ou un simple citoyen et que ses détails seraient probablement révélés lors de la comparution de Mefo au bureau de la gendarmerie. Richard a déclaré au CPJ que les sanctions pour de fausses nouvelles peuvent aller de lourdes amendes à plusieurs années de prison.

La convocation initiale de Mefo l’appelait à comparaître devant la gendarmerie aujourd’hui, mais sa comparution a été reportée au 5 novembre. Richard a déclaré au CPJ qu’il avait fait cette demande en raison de la possibilité que Mefo soit détenue après sa comparution. Si cela se produisait un vendredi, vous n’auriez pas le temps d’intervenir légalement pour qu’elle soit libérée avant le week-end.

Mefo a déclaré au CPJ que les menaces contre elle liées à ses reportages avaient augmenté ces derniers mois. Divers comptes de médias sociaux ont publié et partagé des messages et des images menaçants, vus par le CPJ, identifiant Mefo comme une journaliste et la menaçant de violence – et, dans certains cas, de meurtre.

Des journalistes camerounais sont régulièrement arrêtés pour avoir rendu compte des troubles dans les régions occidentales du pays. Parmi eux, le plus récent éditeur, Michel Biem Tong, convoqué et détenu le 23 octobre. Mefo a déjà écrit sur l’importance de la liberté de la presse pour la paix et le développement au Cameroun. « Beaucoup de gens se tournent vers moi pour les infos et je ne peux pas les laisser tomber« , a déclaré Mefo au CPJ.