Lendemain de Présidentielle : Comoriennes et Comoriens violemment réprimés

Illustration

Alors que Les Comores attendent les résultats de l’élection qui se sont joués le dimanche 24 mars 2019, des manifestants de l’opposition, notamment des femmes et des hommes, ont été violemment dispersés par les forces de l’ordre.

Les Comores sont dans l’attente des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, qui, selon l’opposition, doivent consacrer le triomphe du Président sortant Azali Assoumani. Le dirigeant est en effet accusé par ses adversaires de même que la société civile d’avoir orchestré une fraude généralisée, relève L’Orient.

Le site, qui cite l’AFP, ajoute que les gendarmes ont dispersé à coups de grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc plus d’une centaine de partisans de l’opposition qui manifestaient au lendemain de l’élection présidentielle. Et d’ajouter qu’au moins deux personnes ont été blessées. Il s’agit d’un manifestant qui a été évacué en ambulance. L’autre blessé est un gendarme en civil qui a été pris en charge par ses collègues.

Le dépouillement des bulletins de vote a débuté dimanche soir au siège de l’Assemblée nationale. Accusant le camp présidentiel de « coup d’Etat » électoral, l’opposition a déjà annoncé qu’elle ne les reconnaîtrait pas les résultats qui devront être publiés avant le terme légal de cinq jour.