Le Zamalek champion d’Afrique

Le Raja Casablanca avait l’occasion ce vendredi de rejoindre son prestigieux adversaire égyptien au palmarès des clubs africains les plus titrés dans la Coupe des clubs champions. Mais, soutenus par 90 000 Cairotes surchauffés, le Zamalek a arraché son cinquième titre au terme d’un match âpre.

Les Casablancais, ce vendredi, étaient décidés à ramener un second titre continental après la Coupe des vainqueurs de coupe remportée par le frère ennemi du Wydad Casablanca. Mais les Zamalkis ont su très justement profiter du résultat nul et vierge rapporté lors du match aller qui s’est déroulé le 2 décembre, en inscrivant le seul but du match à la fin de la première période, et en le défendant durant la seconde.

Le mode aller-retour avantage le Zamalek

Les protégés de Carlos Cabral, entraîneur du Zamalek, s’étaient rendus à Casablanca avec pour seule ambition de ne pas prendre de but afin de profiter du retour à domicile. Les Casablancais avaient beau essayer de faire le jeu, la configuration défensive des Egyptiens ne pouvait qu’occasionner un match fermé et peu spectaculaire. Pour le match retour, bien que dans l’obligation de marquer, les Marocains qui s’attendaient à un début de match difficile se sont essentiellement préparés à défendre. De sorte que lorsque les vagues offensives cairotes se sont estompées, le Raja n’a pas su mener de contre-attaque efficace et ne s’est montré dangereux qu’à une seule reprise.

Il s’en est fallu de peu pour que cette finale jouée de façon frileuse tantôt par les Egyptiens, tantôt par les Marocains, ne se solde par une absence de but. Ce n’est en effet qu’à la 49ème minute de la première période que Tamer Abdelhamid profita d’une mauvaise relance de la défense marocaine pour décocher une frappe des 25 mètres qui alla se loger dans la cage du malheureux gardien Casablancais. Au retour du vestiaire, les solides Egyptiens, forts du support de 90 000 Cairotes, n’eurent aucune difficulté à défendre ce score face à des adversaires méconnaissables. Et par la même, à remporter leur cinquième titre de champion d’Afrique.