Le tribunal administratif de Casablanca autorise la démolition d’un immeuble retenu sur la liste du patrimoine par le ministère de la culture

Le tribunal administratif de Casablanca vient de rendre un verdict autorisant la démolition de l’immeuble Piot-Templier situé Angle Bd Mohamed V et rue Chaouia alors que cet édifice a été retenu pour inscription par le ministère de la culture à la liste des Monuments Historiques et que la procédure est en cours.

Cet édifice, construit par l’architecte Pierre Ancelle en 1925, a pendant longtemps abrité à son rez-de-chaussée le célèbre magasin Templier où l’on venait de partout acheter de la vaisselle de luxe et de l’orfèvrerie et à l’étage le restaurant « l’étoile de Marrakech ». Il est d’un style néo-mauresque qui n’est pas sans rappeler son célèbre voisin l’hôtel Lincoln. De plus, l’immeuble Piot-Templier fait partie intégrante d’un alignement urbain d’une qualité architecturale exceptionnelle avec d’un coté l’hôtel Lincoln (Hubert Bride, 1917) et le petit Bessoneau (Edmond Brion, 1930), et de l’autre l’immeuble de la bourse (Pierre Bousquet, 1918) et l’immeuble de la vigie marocaine (Marius Boyer, 1924). Tout ceci, sans parler de sa situation en face du Marché Central (Pierre Bousquet, 1917) et au milieu du Boulevard Mohamed V, véritable musée d’architecture à ciel ouvert et épine dorsale du centre ville patrimonial de Casablanca.

Au moment où les plus hautes autorités du pays témoignent d’un intérêt particulier pour la préservation du patrimoine casablancais à travers le projet de réhabilitation de l’ancienne médina ; Au moment où le dossier de l’immeuble Bessoneau (hôtel Lincoln) est en train de trouver une issue heureuse depuis sa prise en main par l’agence urbaine ; Au moment où les travaux du tramway vont permettre l’amélioration indéniable de la qualité urbaine de cette avenue historique ; Au moment où le dossier technique de demande d’inscription de Casablanca sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est en cours de finalisation ; Quelques mois après avoir subi la perte de la villa Cadet et l’émoi que ceci a suscité auprès de l’opinion publique, Casamemoire exprime sa vive inquiétude face à cette décision qui réduit à néant des années de luttes pour la préservation du patrimoine et appelle vivement à la révision de ce verdict dans l’intérêt de la ville et de son patrimoine.
Pour Signer la pétition

Casamémoire

Association de sauvegarde du patrimoine architectural du XX° siècle au Maroc

Casamémoire

Association de sauvegarde du patrimoine architectural du XX° siècle au Maroc

Partenaire du projet Mutual Heritage / Programme Euromed Heritage IV
Url: www.casamemoire.org

www.mutualheritage.net