Le Tour du Faso vire à l’orange

La 15e édition du Tour du Burkina Faso a été dominée, de bout en bout, par les cyclistes hollandais. Les sociétaires de la Marco Polo cycling team ont maîtrisé les 11 étapes grâce à une équipe soudée. Joost Legtenberg rafle le maillot jaune haut la main. Retour sur le Tour.

Joost Legtenberg. Le cycliste néerlandais n’a laissé aucune chance à ses adversaires tout le long des 1302 kilomètres du Tour de Faso. Il a endossé dès la première étape le maillot jaune et vert. Le peloton a eu beau multiplier les attaques et les échappées, jamais il n’est parvenu à briser l’insolente domination du Néerlandais. Soutenu par une équipe solidaire, le leader a réussi à garder les deux maillots jusqu’à l’arrivée, dimanche dernier, à Ouagadougou. Joost Legtenberg n’a gagné qu’une seule étape (Banfora-Bobo), se contentant de surveiller ses poursuivants au classement général. Les sociétaires de la Marco Polo cycling team ont placé au moins deux des leurs dans toutes les échappées, annihilant ainsi ces dernières. Les Européens, en général, ont dominé les équipes africaines.

Crevaison de la roue africaine

Les Africains n’ont pas brillé durant ce tour. Le Continent est représenté par le Burkina Faso, pays hôte, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Maroc et le Niger. Seul le Marocain a réussi à tirer son épingle du jeu en prenant la 3e place du classement général. Sa performance lui a valu le titre de Premier Africain. Par ses attaques incessantes et son tempérament fougueux, le Burkinabé Mahamadi Sawadogo s’est adjugé le maillot combatif.

Cependant ces deux performances, notamment celle du Marocain, ne cachent pas le désert africain. Les premières places ont été squattées par les Européens, mieux entraînés et mieux équipés. La chaleur accablante qui a sévi tout au long des étapes n’a pas été en faveur des Africains. Sous-équipés, ces derniers ont eu de grandes difficultés mécaniques.

Au-delà des résultats sportifs, le Tour a été une grande messe populaire. Les habitants ont suivi avec beaucoup d’enthousiasme l’événement. Les arrivées donnaient toujours lieu à des liesses populaires. A la grande joie des enfants. Et des autres.