Le Tchad dépénalise les délits de presse

L’Assemblée nationale tchadienne a dépénalisé les délits de presse ce mercredi, annonce TV5. Le texte adopté par 82 voix contre 2, l’opposition s’étant abstenue, supprime les peines d’emprisonnement pour les délits de presse (diffamation et injures). Le délit d’offense au chef de l’État figurant dans l’ancienne loi est aussi supprimé. Des peines d’emprisonnement de 6 mois à un an, des amendes de 100 000 à 1 million de francs CFA (150 à 1 500 euros) ainsi que des suspensions de parution de six mois, sont toutefois introduites dans la nouvelle loi pour les délits comme l’incitation à la haine raciale ou ethnique ou l’apologie de la violence.