Le Soudan tente de traduire en justice Omar el-Béchir

Omar el-Béchir

L’ancien président du Soudan, Omar el-Béchir, invisible depuis sa destitution a fait sa première apparition en public lors de son transfert dimanche au parquet en charge des affaires de corruption à Khartoum.

Vêtu d’une djellaba blanche et d’un turban, Omar el-Béchir, le dictateur renversé après 30 années de pouvoir total, a été aperçu dimanche escorté d’une prison de haute sécurité située dans la capitale soudanaise, Khartoum, jusqu’au bureau du procureur. Les procureurs l’ont informé qu’il était accusé de « possession de devises étrangères et d’acquisition de richesses suspectes et illicites« , selon l’agence de presse officielle SUNA.

Si Omar el-Béchir ne fait pas appel, il pourrait comparaître devant le tribunal dès la semaine prochaine, a déclaré samedi le procureur par intérim en charge du Soudan, Alwaleed Sayed Ahmed.

À Khartoum, les mesures prises contre l’ancien président, âgé de 75 ans, ont provoqué la dérision et le scepticisme de la part des critiques, qui l’ont qualifié de tentative des nouvelles autorités militaires soudanaises de détourner l’attention d’une récente répression sanglante contre les manifestants, ainsi que de sa réticence à céder le pouvoir. à une administration de transition dirigée par des civils. Ils ont également mis en doute la probabilité qu’el-Béchir bénéficie d’un procès équitable au Soudan ou soit tenu pour responsable des accusations les plus graves qui soient à son encontre.

Pour les manifestants, ce procès a comme objectif de détourner l’attention de la recherche des responsables du massacre du 3 juin dernier. Selon un groupe de médecins soudanais, plus de 100 personnes ont été tuées. Certains de leurs corps ont été jetés dans le Nil, des centaines de blessés et des dizaines de femmes violées. « Ceux qui sont responsables de l’assassinat de manifestants depuis décembre doivent être tenus pour responsables. Les responsables de la mort des manifestants lors du sit-in doivent l’être, le conseil militaire devrait nommer ceux qui ont donné les ordres, c’est ce que nous devrions faire maintenant.  »

Le Conseil de transition militaire a d’abord nié avoir tenté de disperser le camp de protestation, mais a admis il y a une dizaine de jours avoir ordonné le retrait du camp de protestation. Les violences ont eu lieu après que des soldats aient « dévié » du plan, a déclaré Shams al-Din Kabashi, porte-parole du Conseil. Mais pour l’instant aucune sanction n’a été prononcée envers les responsables.