Le sommet de la CEDEAO s’ouvre à Abuja

Le sommet de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est ouvert vendredi à Abuja, au Nigeria, en présence de 14 dirigeants des 15 pays membres.

Les chefs d’Etat ou de gouvernement du Ghana, du Togo, du Bénin, du Liberia, du Mali, du Burkina Faso, de la Guinée-Bissau, du Nigeria et de la Sierra Leone sont présents à ce 32ème sommet ordinaire d’une journée ainsi que ceux du Niger, du Sénégal, de Guinée, de Gambie et de Côte d’Ivoire.

Ils discuteront de la nouvelle Vision stratégique de la CEDEAO, qui offre un cadre visant à accélérer l’intégration ouest- africaine à travers la création d’une zone sans frontières intérieures pour que les citoyens exploitent les énormes ressources de la région pour son développement.

La Vision stratégique vise aussi à créer un espace régional pour les transactions économiques grâce à la création d’opportunités pour une production durable et pour que les citoyens vivent dans la dignité et la paix et dans un cadre respectueux de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance.

Cette Vision est axée sur le renforcement des capacités, la transparence, l’ouverture, le service, une programmation axée sur les priorités, une gestion basée sur les résultats et le partage des meilleures pratiques.

Le sommet discutera aussi du rapport provisoire 2007 du président de la Commission, Mohammed Ibn Chambas, qui a pris ses fonctions en janvier en tant que premier président de la Commission de la CEDEAO après sa transformation et étudiera le rapport de la réunion du 14 juin du Conseil de médiation et de sécurité (les ministres des Affaires étrangères).

S’exprimant à l’occasion de la session d’ouverture, le président du Nigeria, Umaru Yar’Adua, qui assiste à un sommet de la CEDEAO pour la première fois depuis son investiture le 29 mai, a demandé à ses pairs de consolider leurs relations pour une compétition juste avec les autres parties du monde.

Le développement de l’Afrique est entre les mains des Africains

« Face au rythme rapide de la globalisation et les terribles défis socioéconomiques auxquels se heurte le monde en développement, les efforts d’intégration régionale autour du monde se sont intensifiés et nous devons continuer à renforcer nos efforts d’intégration ».

« Le salut de l’Afrique ne viendra pas de nos amis étrangers, quelles que soient leurs bonnes intentions », a-t-il souligné.

Le président nigérian a ajouté: « nous devons créer les conditions qui nous permettrons de vivre dans un monde où nous pouvons compétir honnêtement et construire nos propres économies et nations sur la base de nos propres ressources et projets ».

Il a promis le soutien total du Nigeria pour l’intégration de la sous-région sur le programme de la CEDEAO, qui est « la panacée » pour l’accroissement des investissements domestiques et étrangers.

M. Yar’Adua a également affirmé l’engagement du Nigeria à élargir les contours et l’efficacité de la CEDEAO.

Il a demandé à ses pairs d’apporter le soutien moral et matériel à la CEDEAO afin de permettre à l’organisation de relever les divers défis politiques, culturels et socioéconomiques de la sous-région.

« C’est le seul moyen par lequel nous pouvons concrétiser la vision des pères fondateurs pour une sous-région pacifique et économiquement prospère », a-t-il conclu.