Le sombre portrait de Wade par Ousmane Sow

Le sculpteur sénégalais de renommée internationale Ousmane Sow dresse un portrait peu flatteur d’Abdoulaye Wade dans une interview accordé au journal « Le Populaire ». Selon lui, le chef d’Etat, qui a terni l’image du Sénégal, doit se retirer du pouvoir.

« Le Sénégal est un pays sans chef d’État. Celui qui est là ne représente rien ». Tels sont les propos d’Ousmane Sow confiés au journal Le Populaire, lors d’une interview publiée lundi. Le célèbre sculpteur sénégalais âgé de 76 ans ne mâche, en effet, pas ses mots à l’encontre du dirigeant sénégalais Abdoulaye Wade. « C’est vrai qu’il y a des infrastructures, mais ce n’est pas seulement cela. On a besoin de respect, on a besoin quand on dort le soir, de nous dire qu’il y a quelqu’un qui nous représente bien », affirme-t-il. Il estime que l’image du pays s’est dégradée ces dernières années sous le régime d’Abdoulaye Wade, vantant ainsi les mérites de ces prédécesseurs : « Senghor et Diouf font partie de ceux qui ont fait qu’on respecte le Sénégal.» Alors qu’aujourd’hui, selon lui, «l’image du Sénégal d’Abdoulaye Wade, est quelque chose de terrible. Les gens se moquent de nous ».

« Wade est trop excessif »

Ousmane Sow estime par ailleurs que le président sénégalais manque considérablement de modération. « Abdoulaye Wade c’est quelqu’un qui est trop excessif et qui est trop près de lui-même. Il s’indigne également contre les sommes conséquentes que le chef d’État distribue régulièrement aux lutteurs sénégalais. « Il y a des choses qu’un chef d’État ne peut pas dire et ne peut pas faire. Je pense aux mallettes qu’il distribue. Même dans ce qu’on appelle « générosité » dit-il. On ne peut pas appeler des lutteurs et leur offrir des millions alors qu’on a du mal à sortir certaines populations de l’inondation, qu’il y a des personnes qui meurent certainement de faim ». D’après lui, « une personne intellectuellement constitué » ne se comporterait pas de cette façon ».

« Il n’a qu’à se retirer »

Le sculpteur est également revenu sur la polémique concernant le monument de la renaissance, dont il revendique la paternité. « Le fait de s’approprier le projet d’un autre nous montre la légèreté de cette personne. C’est un guide culturel avec un théâtre que je voulais faire, mais le monument c’était juste un prétexte, une sorte de totem. Il parait même qu’il y a là-bas des rendez-vous galants et voilà c’est sa vocation », ironise-t-il. Concernant la candidature du dirigeant sénégalais à l’élection présidentielle, l’artiste est catégorique : Abdoulaye Wade « a vécu deux mandats et la Constitution ne lui permet pas de se présenter une troisième fois, il n’a qu’à se retirer ». Il a aussi salué l’initiative des mouvements comme « Y en a marre », estimant que ce sont des mouvements directs qui vont jusqu’au bout, qui disent ce qu’ils pensent. Je pense qu’aujourd’hui ceux qui croient qu’ils pourront refaire ce que Wade a fait se trompent. Parce que d’abord, il y a une conscientisation de la population qui ne se laissera plus tellement faire ».

Lire aussi :

Le mouvement Y en a marre fait trembler le pouvoir