Le Sénégal mobilise contre le dumping américain

Le ministre sénégalais du Commerce, Mamadou Diop Decroix a dénoncé lundi les subventions des Etats-Unis à leurs producteurs de coton. Il considère que leur élimination doit constituer le cheval de bataille du Sénégal et de l’Afrique lors de la rencontre du 13 au 18 décembre prochain de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong (Chine).

S’exprimant au cours d’un forum national des producteurs et de la société civile à Thiès, deuxième ville du Sénégal, le ministre sénégalais du Commerce, Mamadou Diop Decroix, a légitimé les requêtes des organisations paysannes et ONG visant principalement à combattre le soutien interne qu’accordent le gouvernement américain et certains pays européens à leurs producteurs et les subventions apportées à l’exportation de différents produits d’intérêt pour l’Afrique, dont notamment le coton et le riz.

Réaffirmant la position de son pays dans les prochaines négociations agricoles, M. Decroix a invité les pays les moins avancés (PMA) à une approche concertée pour exprimer une opposition catégorique à la proposition américaine visant à supprimer les subventions agricoles en 2010.

« Nous voulons déjà obtenir un bon pourcentage d’élimination de ces subventions avant la fin du mois de décembre et, progressivement, arriver à la suppression totale de cette pratique injuste, afin de permettre aux productions africaines de retrouver leur compétitivité et améliorer ainsi la part du continent dans le commerce mondial », a-t-il précisé.

Le dumping américain

Il a indiqué que « la campagne africaine » devrait également exiger l’intégration effective du continent dans le commerce international, en tenant compte des spécificités des pays
africains, ainsi que la possibilité pour ces pays de protéger au mieux leurs principaux produits d’exportation, et de décider du rythme de libéralisation de leur économie.

De son côté, le représentant de l’ONG britannique « Oxford committee for famine relief » (OXFAM), Lamine Ndiaye a déploré le ‘dumping’ américain qui, a-t-il déploré, a entraîné entre 2001 et 2003 des pertes de plus de 400 millions de dollars aux producteurs de coton africains, alors que plus de 10 millions de personnes sont tributaires de cette culture sur le continent.

Il a déclaré à ce propos redouter une « chute considérable du niveau économique des pays tels que le Mali, le Burkina Faso et le Bénin, où le coton représente la première source d’exportation ».