Le Sénégal les pieds dans l’eau

Le nord et le centre du Sénégal ont subi de fortes inondations. Depuis vendredi dernier, certains villages de la région de Matam et de Kanel connaissent des pluies sans précédent. Le plan Orsec a été mis en place dimanche. Seulement, certaines communes les plus touchées sont pour l’heure inaccessibles. Le dernier bilan fait état de 5 morts et un disparu.

« Ce sont de fortes pluies, mais elles n’étaient pas alarmantes », minimise un météorologue de la Direction météorologique nationale du Sénégal. A qui imputer une catastrophe naturelle ? Invariablement, les villages les plus touchés se situent dans une cuvette. C’est le cas à Nioro où une voiture a été emportée par les eaux, provoquant la mort de 4 des 5 occupants. A Diandioly, un bâtiment s’est effondré sur une fillette de 10 ans. Enfin, à Semmé, c’est un jeune garçon qui est porté disparu. Le préfet de Matam s’est rendu sur les lieux ce week-end et à enclenché le plan Orsec[[<*>Organisation des secours]]. Certaines villes, comme Djiela, restent inaccessibles aux secours, cernées par les eaux déversées par les hauts plateaux.

Les dégâts matériels sont importants. A tel point que les habitants ont investi les écoles communales. Les plus démunis, quant à eux, dorment à la belle étoile depuis les premières nuits du sinistre. Les villages de Djiela et d’Aouré ont subi des dommages substantiels, notamment avec l’effondrement d’une centaine d’habitations et la destruction des greniers où étaient conservés les vivres.

La pluie était attendue

Les pluies avaient réjoui les agriculteurs. Jusqu’à ce qu’elles tuent. La pluviométrie était meilleure que l’année précédente. L’espoir d’une bonne récolte était légitime. Seulement le ciel a été trop généreux. Ce sont 200 mm d’eau en trois jours qui ont arrosé le nord. Des pompes ont été mises en place pour évacuer les eaux stagnantes, nid propice à certaines maladies comme le paludisme.

Alors que le Sénégal redoute la sécheresse, ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur le pays. C’est un mal régional que connaissent aussi l’Erythrée et le Soudan. Ce dernier a payé aussi un lourd tribut la semaine dernière avec une dizaine de morts et des milliers de sans abris.