Le sans plomb arrive dans les stations ivoiriennes

L’essence sans plomb a été officiellement lancée, ce lundi, en Côte d’Ivoire. Les automobilistes pourront faire le plein de ce nouveau carburant, appelé à remplacer l’essence ordianire, dans toutes les stations services du pays. Une mesure à la fois commerciale et écologique…

Par Badara Diouf

C’est officiel, l’essence sans plomb est, à compter de ce lundi, disponible à la vente chez tous les pompistes de Côte d’Ivoire. Il remplace l’essence ordinaire et devient l’unique carburant commercialisé dans tout le pays. La Côte d’Ivoire se met ainsi à « la mode écologique du sans plomb », carburant qui devrait être bientôt vendu dans toute l’Afrique sub-saharienne. Le carburant sans plomb coûte 985 francs CFA le litre. « Le produit est en vente depuis jeudi dernier. Les clients sont contents car il est moins cher de 10 francs CFA. Pour le moment nous n’avons pas de problème d’approvisionnement, indique Madame Kouassi, employée à Treichvillle (une commune de la ville d’Abidjan) d’une station-service Pétro Ivoire.

Plus abordable et plus écologique

Pour les voitures, changer de carburant est quasiment sans conséquence. Le sans plomb améliore même les performances du moteur. En revanche, les automobilistes devront troquer le pot d’échappement standard de leurs véhicules contre un catalytique. « Pour ce qui est l’avenir des véhicules roulant au gasoil, la question n’a pas encore débattue par le gouvernement ivoirien et les automobilistes continuent de rouler avec leurs voitures. La commercialisation du sans plomb a été encouragée pour des raisons écologiques », explique une source bien informée au sein de la Société Ivoirienne de Raffinage (SIR).

« Le sans plomb permet de moins polluer l’atmosphère, le Ghana et le Nigeria l’ont déjà adopté. A l’instar de l’Europe et de la communauté internationale, la Côte d’Ivoire se doit de s’inscrire dans cette dynamique visant à protéger la nature et l’environnement. Le décret portant sur la commercialisation du sans plomb est le fruit de plusieurs mois de discussions entre la direction des hydrocarbures et les constructeurs automobiles.», poursuit-elle. A l’instar de la Côte d’Ivoire, c’est toute l’Afrique sub-saharienne qui s’engage dans ce mouvement d’abandon progressif de l’essence ordinaire au profit du sans plomb. Elle emboîte ainsi le pas aux pays du Nord et s’inscrit dans une logique onusienne qui vise à préserver notre planète. La lutte contre la pollution trouve tout son sens sur un continent aux prises avec d’épineux problèmes de pollution. Cette dernière est, en effet, à l’origine de maladies respiratoires et oculaires du fait des émanations de dioxyde de carbone rejeté notamment par les pots d’échappement.