Le Royaume-Uni anticipe le retrait de ses soldats du Mali

Soldats allemands au Mali
Des soldats allemands au Mali

Le Royaume-Uni a décidé de retirer ses troupes qui devront quitter le Mali dans les six prochains mois. Le ministère britannique de la Défense justifie cette décision par le recours de la junte malienne au groupe paramilitaire russe Wagner.

Le contingent britannique va quitter la mission de la paix de l’ONU au Mali (MINUSMA) plus tôt que prévu. Devant la Chambre des communes, James Heappey, Secrétaire d’Etat britannique à la Défense, a accusé les autorités maliennes. « Nous devons être clair sur le fait que la responsabilité de tout cela incombe à Bamako », a dit le responsable. M. Neappey n’a pas manqué d’évoquer le groupe paramilitaire russe Wagner. « Le groupe Wagner est associé à des violations massives des droits de l’homme », a toutefois déploré l’officiel. Pour lui, le partenariat entre Wagner et Bamako « est contreproductif pour la stabilité et la sécurité à long terme dans la région ».

« Le Royaume-Uni poursuivra son engagement au Mali et au Sahel à travers notre aide humanitaire, de stabilisation et de développement ». Une précision faite par la Secrétaire d’Etat britannique à la Défense. Près de trois cents soldats britanniques sont en service au Mali, dans le cadre de la MINUSMA, depuis fin 2020. Les forces britanniques avaient conclu un engagement qui devait durer trois ans. Seulement, Londres a décidé d’anticiper le retrait de ses troupes. Une décision qui intervient après celle de la France dont les troupes ont quitté en août dernier. Les forces françaises venaient de boucler près d’une décennie de collaboration.

Avant le Royaume-Uni, la Grande-Bretagne

Ce n’est pas seulement la Grande-Bretagne qui a décidé de prendre ses distances vis-à-vis du Mali. En effet, en août dernier, l’Allemagne avait décidé de suspendre d’importantes opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l’ONU. Une décision prise « jusqu’à nouvel ordre », avait indiqué Berlin. A l’époque, les autorités maliennes avaient refusé d’autoriser un vol qui devait assurer une rotation de personnel. « En conséquence, nous suspendons jusqu’à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère », avait expliqué un porte-parole du ministère allemand de la Défense.

Bamako avait refusé le survol de son espace aérien à un vol transportant 75 soldats de l’ONU. L’avion, qui devait rallier le Niger, a fini par se poser en Espagne. Un désagrément qu avait toutefois justifié cette décision de Berlin. D’ailleurs, l’Allemagne avait fait part de son incapacité à « soutenir la MINUSMA sur le plan opérationnel ». Un peu plus tôt, au mois de mai 2022, l’Allemagne avait annoncé la suspension de la formation de l’armée malienne. Berlin dénonçait le durcissement de ton de Bamako envers Barkhane et ses alliés de Takuba.

Lire : L’Allemagne annonce l’arrêt de la formation des soldats maliens