Le roman noir de Marseille

C’est un premier roman, écrit à quatre mains par deux jeunes Marseillais, Ridha Aati et Nordine Zoghdani. C’est un roman noir qui a pour toile de fond la cité phocéenne. Qui parle de solidarité, d’amitié et de cavales. C’est  » La Cité du fada  » et c’est édité chez L’Ecailler du SuD. Et bien sûr, c’est à lire.

Le Marseille de Ridha Aati et de Nordine Zoghdani, les deux jeunes auteurs de  » La cité du fada  » (éditions L’Ecailler du SuD), c’est celui dans lequel ils sont nés et dans lequel ils vivent. C’est celui des quartiers nord, des cités, du métissage, des magouilles et de la solidarité.

La Solidarité, justement, c’est le nom de la cité dans laquelle évoluent les héros : Farid, d’origine algérienne, rentre d’un exil forcé à New-York et retrouve ses amis d’enfance, Doumé, le Sénégalais  » expansif et bavard  » et Philippe, l’Italien  » calme  » et  » perspicace  » avec Marseille comme toile de fond, à la fois nostalgique et vivace.  » J’aime cette ville depuis toujours parce qu’elle m’aime, depuis le jour où elle a accueilli mes parents venus de l’autre côté de la Méditerrannée « , révèle Farid, dès les première pages du livre.

Courses poursuites

Ridha Aati et Nordine Zoghdani entraînent le lecteur dans une belle histoire d’amitié qui finit en demi-teinte, ponctuée de courses poursuites et de sales coups du sort, avec un sacré magot à la clé. A travers cette intrigue qui met en scène la mafia locale, on vit de l’intérieur, loin des clichés, la réalité des quartiers nord de la cité phocéenne. Les commerces qui ferment par manque de rentabilité, les terrains vagues comme terrains de jeux. La vie quotidienne des gosses des cités qui naviguent entre les  » clans  » : les grands qui trempent dans toutes sortes de trafics, qui font travailler les plus jeunes et font rêver les plus petits à coups de voitures rutilantes et de vêtements neufs.

On croise les figures savoureuses qui forment l’entourage de Farid : sa mère, femme au foyer mais  » pas soumise « , Antar, le caïd cruel et manipulateur, son demi-frère, Djami,  » le fada « , le vieux Dimitri, chasseur de trésor obstiné, monsieur Gérard, le flic sévère mais juste.  » La Cité du fada  » est un roman noir bien mené où les valeurs de l’amitié sont mises à l’épreuve. Un premier roman mature et sensible à découvrir aux éditions L’Ecailler du SuD, jeune maison d’édition marseillaise.

Commander le livre : L’Ecailler du SuD, BP 50 La Plaine, 13244 Marseille Cedex 01.