Le RICE estampille les talents de la diaspora congolaise

La première édition du prix RICE organisée le 2 décembre au Pavillon Royal de la Porte Dauphine a distingué et valorisé, ceux et celles qui par leurs efforts et leurs talents, font rayonner l’image du Congo dans le monde.

C’est par un dîner-débat organisé au Pavillon Royal à la Porte Dauphine à Paris, que le RICE a accueilli les membres de la diaspora congolaise et d’illustres invités. En effet, sous le haut patronage d’Henri Lopes, ambassadeur du Congo en France, l’association créée en février dernier, a décerné trois distinctions en guise de récompense pour les parcours exceptionnels de deux membres de la diaspora et d’une association.

Pour le prix du parcours individuel, le jury présidé par Henri Lopes a retenu Jo-Wilfried Tsonga, tennisman Franco-congolais devant Rodolphe Cyr Makosso, créateur du lien social de recherche d’emplois par la biais de l’Internet. Absent de la cérémonie, c’est Didier Tsonga, le père du fondateur de l’association Attrap’ la balle qui a reçu le prix des mains de Didier Mavouenzela. Visiblement surpris par cette reconnaissance, Didier Tsonga a précisé que son fils est issu d’un milieu familial sportif de haut niveau. Richard Tsonga, ancien international de volleyball accompagnait son frère à la soirée.

Edgar Hardy, inventeur de la lampe solaire Mona, s’est vu attribué le prix de l’entrepreneur. Ce prix distingue un membre de la diaspora pour les performances de son entreprise et sa dimension sociale en lien avec le Congo et les Congolais de l’extérieur. Son prix lui a été remis par Jérôme Koko. « Je remercie le Congo mon pays natal où j’ai effectué mes premiers pas scolaires avant de les parfaire en France à l’école Centrale. Je suis fier d’être un produit de l’école publique… Je salue l’initiative du RICE et j’ose espérer que grâce à ce prix, de nombreuses valeurs congolaises seront enfin mises en lumière… » a-t-il confié. Le prix sculpté par l’artiste Rhode Makoumbou était accompagné d’une enveloppe de 2 500 euros.

Le prix du projet associatif qui récompense une association de la diaspora pour ses actions envers le Congo ou la diaspora est revenu à l’association Ayhupedela. Blanche Bouity Mafouana Makosso, présidente de l’ONG recevant le trophée et une enveloppe de 5 000 euros des mains de Paul Obambi a ému l’assistance. Elle a remercié les organisateurs et dédié le prix à tous les orphelins du Congo. «Ce prix récompense plus de cinq ans de travail sur le terrain, cinq années de combat auprès de ceux qui souffrent au Congo de ce terrible fléau qu’est la misère… »

Outre l’attribution des prix, des chefs d’entreprises venus du Congo ont proposé des contributions sur le cadre d’investissement. Parmi eux, Jérôme Koko, directeur de la SNPC, Raymond Ibata, PDG des assurances générales du Congo, Ferdinand Massala, PDG de SPIEX-SIPAM, Lydie Oboa, secrétaire permanente du haut conseil au dialogue public-privé, Paul Obambi, et Didier Mavouenzela, respectivement, président de la chambre de commerce de Brazzaville et de celle de Pointe Noire.

Le RICE œuvre pour cette reconnaissance des talents congolais à l’étranger. C’est une association apolitique dont l’un des objectifs est de fédérer les énergies des membres de la diaspora, dans le but d’œuvrer pour l’épanouissement individuel et collectif en faveur des populations congolaises. Prenant la parole à son tour, Edwige-Laure Mombouli a exprimé toute sa satisfaction de voir comment le réseau prend forme. « Il s’agit pour le RICE d’être présent dans le paysage de la diaspora et de constituer un réseau de groupes d’influence efficaces… ». Douze membres actifs de l’association, issus de divers horizons socioprofessionnels, tous mus au service de cette volonté ont été présentés à l’assistance.

Pour clore la cérémonie, Henri Lopes est revenu sur la nécessité pour le RICE de s’organiser et tendre vers une autonomie. « Ainsi, désormais, quand vous vous rendrez au Congo, vous aurez à vos côtés le recours de vos guides, ces chefs d’entreprises qui vous ont fait l’honneur de venir à cette soirée… Que la prochaine édition se tienne l’année prochaine auprès d’eux…»

Le RICE vient d’inaugurer des pistes de fédération considérables. Il appartient aux membres de la communauté des Congolais de l’extérieur de venir soutenir ce nouveau pilier au sein de la diaspora dans sa vocation.