Le rendez-vous de tous les records

Près d’un millier d’athlètes sous les couleurs de 49 drapeaux nationaux et un record d’Afrique battu au triple saut féminin dès le premier jour des compétitions. Les 13èmes championnats d’Afrique d’athlétisme qui ont débuté ce mardi à Tunis s’annoncent comme ceux de tous les records.

Jamais autant de pays et de sportifs africains ne s’étaient donné rendez-vous pour les championnats d’Afrique d’athlétisme. Des 53 pays membres de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), seuls la Gambie, le Malawi, la Zambie et le Swaziland n’ont pas honoré Tunis de leur présence. 49 nations lors de la cérémonie d’ouverture des 13ème championnats d’Afrique d’athlétisme (du 6 au 10 août), c’est 6 de plus que lors de la dernière édition à Alger. Le comité d’organisation des Jeux de Tunis a délivré un peu plus de 900 badges aux athlètes. La plus forte délégation est celle du Nigeria avec ses 114 représentants. A l’inverse, la République Centrafricaine, avec un seul sportif, est la plus petite délégation.

El Guerrouj, le grand absent

Sur le plan qualitatif aussi, les 13èmes Championnats d’Afrique de Tunis constituent le meilleur cru de toute l’histoire de ces jeux. Toutes les grosses pointures africaines, à l’exception du Marocain Hicham El Guerrouj, sont dans la capitale tunisienne. Même la Mozambicaine Maria Mutola, le reine mondiale du 800 mètres et Frankie Fredericks, le sprinter namibien, récent champion du Commonwealth du 200 mètres, qui avaient fait l’impasse sur les compétitions organisées par la CAA depuis quelles années sont de la fête. Un retour en masse des têtes de proue de l’athlétisme africain, pour le plus grand bonheur des spectateurs du stade Olympique de Rades (Banlieue de Tunis).

Le retour des vedettes africaines de la piste n’est cependant pas totalement spontané. Il fait suite aux récentes déclarations de Lamine Diack, président de la Fédération internationale d’athlétisme et de la CAA.  » Les athlètes absents des 13èmes championnats d’Afrique d’athlétisme ne participeront pas à la Coupe du monde les 20 et 21 septembres prochains à Madrid « . Tout s’explique.

Une course vers les records

Pour marquer d’une pierre blanche ce rassemblement inédit des athlètes du continent, la Camerounaise Françoise Mbango a pulvérisé, dès le premier jour des compétitions, le record africain du triple saut avec un bond de 14,95 mètres (l’ancien record était de 14,70). Elle réalise du même coup la meilleure performance mondiale de l’année en améliorant de 9 centimètres le bond de la Britannique Ashua Hansen (14,86 mètres, le 31 juillet 2002 à Manchester, ndlr). Une prouesse qui ne laissera pas indifférents les champions de la trempe de Maria Mutola, Frankie Fredericks ou de la Sénégalaise Ami Mbacké Thiam, détentrice du titre mondiale du 400 mètres.