Le « Rapid transfert » d’Ecobank

Après le sms banking, l’Internet banking et la carte bancaire régionale, Ecobank lance un nouveau système de transfert d’argent : Rapid Transfert. Développé en République centrafricaine, il permet d’envoyer ou de recevoir de l’argent en monnaie locale dans l’un des 29 pays possédant une filiale Ecobank. Avantages et limites d’un concept inédit.

Ecobank, banque panafricaine présente dans 29 pays du continent, a développé et officiellement lancé, le mercredi 14 avril en Centrafrique, un nouveau concept : Rapid Transfert. « Rapid Transfert peut permettre aux opérateurs économiques de payer des marchandises et des services partout en Afrique là où il y a des guichets Ecobank », explique Didace Sabone, directeur général d’Ecobank Centrafrique. Et c’est bien là qu’apparait, d’emblée, la limite de ce programme : les transferts ne sont possibles qu’au sein de la filiale Ecobank et de la zone CFA.

Limite cependant compensée par plusieurs avantages. Alors que les concurrents tels que MoneyGram et Western Union ne proposent que des virements de « cash en cash », Rapid Transfert proposes quatre options. Le transfert d’argent liquide pour recevoir des liquidités à l’arrivée, le transfert d’argent liquide sur un compte, le transfert par débit d’un compte pour des liquidités à l’arrivée, et enfin, le transfert d’un compte à un autre. Ainsi, hommes d’affaire effectuant des transactions quotidiennes avec des clients, fournisseurs de bien et de services, parents éloigné de leur famille ou entreprises désirant payer leurs employés à travers l’Afrique, peuvent bénéficier des services proposés par ce nouveau programme.

Une filiale prometteuse

Cette nouveauté dans le paysage de la finance sur le continent africain pourrait représenter une perspective intéressante selon Pedro de Vasconcelos, coordinateur du programme des transferts de fonds au FIDA (Fonds international de développement agricole), à l’agence IPS. Les envois vers l’Afrique sont taxés à hauteur de 10% en moyenne, rapporte le FIDA dans un rapport effectué en 2009, alors qu’ils coûtent entre 4% et 6% vers l’Asie ou l’Amérique latine. « Il y a trop peu de concurrence. Deux acteurs, Western Union et MoneyGram, détiennent à eux seuls 65 % du marché pour le moment», explique Pedro de Vasconcelos. Rapid Transfert entre dans la course avec des tarifs intéressants. « Les transferts chez Ecobank sont en moyenne 60% moins chers que chez nos concurrents. Pour envoyer de l’argent de Bangui vers le Cameroun, on payera par exemple 10 000 FCFA et pour envoyer au sein du même pays, cela ne coûte que 3000 FCFA », justifie Didace Sabone.

Ce nouvel outil de transfert d’argent fait suite à différents services proposés par la banque panafricaine : SMS banking (consultation d’un compte par téléphone), Internet banking et carte bancaire régionale qui permet de faire des retraits dans toutes les filiales africaines Ecobank. Multinationale africaine, Ecobank a récemment fêté ses 22 ans.

 Le site d’Ecobank