Le racisme court toujours

Une série de courts-métrages, initiés par l’association française  » dire, faire contre le racisme  » et réunis sous le titre  » Pas d’histoires ! 12 regards sur le racisme au quotidien « , sortent le 17 janvier en salle.

Depuis 1997, l’association  » dire, faire contre le racisme  » (d.f.c.r.), dénonce par le biais du cinéma le racisme au quotidien. L’association cherche  » à évoquer la vie quotidienne, les humiliations et les vexations qui touchent d’autant plus l’identité de chacun d’entre nous qu’elles se répètent chaque jour.  » Pour ce faire, un appel à scénarios a été lancé en 1998, auprès de jeunes de seize à vingt-six ans.

Les scénarios retenus ont été confiés à des réalisateurs confirmés pour la mise en images de ces histoires souvent émouvantes et pour beaucoup ancrées dans un vécu douloureux. On retrouve ainsi les noms de Yaminas Benguigui et Vincent Lindon, côtoyant Catherine Corsini ou Fanta Régina Nacro.

Regards croisés, lucides et aiguisés

A côté des films d’animation poétiques et métaphoriques, réalisés par Philippe Jullien et Jean-Pierre Lemouland –  » Sans autre, t’es rien « ,  » Tadeus  » -, on trouve des courts très réalistes comme  » Pas d’histoire « ,  » Petits riens  » ou  » Relou « . Certains ont des chutes brutales et touchantes, comme dans  » Cyrano  » ou  » Maman, regarde ! « , d’autres laissent une place à l’onirisme comme  » Poitiers, voiture 11 « .

Des regards croisés, lucides et aiguisés, avec une mention spéciale à  » Pimprenelle  » (inspiré d’une histoire vraie et réalisé par Yaminas Benguigui) et au  » Vigneron français  » avec l’excellent Roschdy Zem. Vous avez donc bien plus de 12 raisons d’aller voir ces 12 petits films citoyens et dérangeants.